Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

La vraie vie

« Je crois que, dans cette famille, personne n’aimait le moment où on se retrouvait réunis autour du repas du soir. Mais mon père nous imposait ce rituel, autant qu’il se l’imposait à lui-même. Parce que c’était comme ça. Une famille, ça prend ses repas ensemble, plaisir ou pas. C’était ce qu’on voyait à la télé. Sauf qu’à la télé, ils avaient l’air heureux. Surtout dans les pubs. Ça discutait, ça riait. Les gens étaient beaux et ils s’aimaient. Le temps passé en famille nous était vendu comme une récompense. »

 

A sa sortie, le premier roman d’Adeline Dieudonné a beaucoup fait parlé de lui. Certains l’ont adoré, d’autres l’ont détesté. En aucun cas, il n’a pu laisser le lecteur indifférent.

La vraie vie est un roman court qui bouscule les codes et nous transporte dans une famille qui voudrait être comme les autres, mais qui ne l’est pas.
Les membres de cette famille vont briser toutes les images de candeur que l’on peut lier à l’enfance. Vos certitudes concernant les liens familiaux vont vaciller. Sous la plume de l’auteur, rien n’est doux et simple, tout est acide et entier.

Un texte fort, oppressant, mais complètement passionnant !

Un roman coup de poing 💥

 

Prix Renaudot des lycéens, Grand Prix des lectrices de Elle (roman), Prix du roman Fnac, prix Filigranes, prix Victor-Rossel, Étoile du roman, Prix du premier roman (Québec)

 

Résumé :
C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups, et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 26 juin 2020 par dans Lecture, Roman, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 302 autres abonnés

Articles les plus populaires

Mon père, ma mère, mes tremblements de terre
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160
Rien ne s'oppose à la nuit
Le piano oriental
Les cafés littéraires Espresso
Le Club des Gourmands de Lecture 2020
"Les visages écrasés" de Marin Ledun adapté au cinéma
Les visages écrasés

Insta Livres

%d blogueurs aiment cette page :