Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

La couleur des sentiments

Personne ne peut rester insensible à ce roman tout à fait exceptionnel ! Voyage instantané dans les années 60, au cœur du Mississippi. Une histoire pleine d’émotions, de rires et de larmes, sur fond de ségrégation. Dans un style élégant, avec une humanité touchante, l’auteur réussit une œuvre à mettre entre toutes les mains.
Une très belle leçon de vie !

« Ils passent du juke joint blues.
J’aime biens ces sons qui sentent l’alcool et la fumée de cigarettes, quand la nuit tombe. Ça me donne l’impression que ma maison est pleine de monde. »

Résumé :
Mississippi, 1962.
Lorsqu’elle rentre chez elle, Aibileen, seule dans sa bicoque du quartier noir de Jackson, dîne modestement, écrit ses prières dans un carnet, pense à son fils disparu et écoute du gospel, du blues ou le sermon du Pasteur à la radio. Nurse et bonne au service de familles blanches depuis quarante ans, Aibileen n’est pas du genre à s’apitoyer sur son sort. Elle vit pour “ses enfants” – les petits Blancs dont elle s’occupe jusqu’à l’âge où ils changent –, les aime tendrement et met un point d’honneur à leur transmettre l’estime de soi, luttant comme elle le peut contre les idées racistes que leurs parents leur enfonceront bientôt dans le crâne. Aibileen est une âme généreuse, dotée d’une grande sagesse et d’une bonhomie attendrissante. Elle a la vitalité, la douceur et la rondeur d’Ella Fitzgerald.

2 commentaires sur “La couleur des sentiments

  1. Soleggiata
    20 février 2011

    Un résumé qui en dit long sur les couleurs, les ressentis, les sons, et la chaleur de coeur …
    Merci

    J'aime

  2. Sarvane
    2 mars 2011

    Que de bonnes critiques autour de ce livre. Cela fait un moment qu'il me tente, je crois que je vais me faire un petit caprice incessamment sous peu 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 20 février 2011 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 307 autres abonnés

Articles les plus populaires

Padi et l'aventure de la vie
La chambre de verre
I invade you

Insta Livres

Je termine "La vengeance m'appartient", le dernier roman de Marie Ndiaye avec des sentiments ambivalents.
"Bed bug", de Katherine Pancol, se déroule entre Paris et New York. Rose est une jeune scientifique qui ne parvient pas à mener à bien une relation amoureuse, alors que son travail de recherche lui apporte pleine satisfaction. On apprend au fil des pages les traumatismes trans-générationels qui marquent à tout jamais...
Le roman graphique "Anaïs Nin, Sur la mer des mensonges" est signé Léonie Bischoff.
Je termine la lecture de "Blue Baby", de John-Erich Nielsen. Cet ancien officier saint-cyrien, cavalier formé à Saumur, est un auteur que je connais bien depuis une quinzaine d'années. Son dernier roman est très différent des précédents, et même si j'ai aimé l'histoire en général, je n'ai pas adhéré au récit des combats de la Seconde Guerre mondiale, entre cavaliers français et allemands.
Ma lecture du moment ? Le tome 3 des aventures de Justan Lockholmes. Il sortira chez @betapublisher dans quelques mois. C'est donc un privilège et une grande marque de confiance que m'accorde @c.d.darlington.
Féminin sauvage et Slowlife au fil des saisons - Hiver est une invitation à ralentir, au cœur de l'hiver, prendre soin de soi, vivre l'instant et profiter de la saison.
Le roman de Monica Sabolo est un récit envoûtant. L'histoire d'une jeune fille, vivant dans une réserve, que l'on devine amérindienne. Derrière ses allures d'éden, l'endroit se révèle être au quotidien un lieu de misère et le théâtre de violences. J'ai été captivée par l'ambiance étrange et dramatique de ce livre qui met la nature au cœur de l'intrigue.
Du bleu et du positif 💙 merci ma Gi 📘
%d blogueurs aiment cette page :