Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Comme un phare dans la tourmente

« Martial connaissait les plaies qu’Alex avait infligées à son fils, par les gestes, mais aussi les paroles. Alors, lui le vieux chêne, il s’était penché sur l’enfant. À petits coups de gomme, petites touches délicates, il diluait les mots qui blessaient, effaçait les doutes, recouvrait les peines. Antoine ne comprenait pas tout cela, mais il se sentait bien plus léger, prêt à conquérir mille mondes pleins de réalisme et d’imaginaire. »

 

Comme un phare dans la tourmente est le premier roman que je découvre de Wendall Utroi. Un exemplaire dédicacé offert par une amie qui connait bien l’auteur.

L’histoire nous plonge dans les années 70.
Un récit intime de souvenirs d’enfance, une vie à la campagne, faite de plaisirs simples, au fil du cycle naturel des saisons, loin de la ville qui n’est que synonyme de troubles et insécurité.
L’auteur offre une lecture pleine de vie, avec son lot de tourments, indissociables. Des moments précieux, des peines profondes, des sentiments forts, des craintes justifiées, des espoirs et des regrets, mais aussi les liens forts du sang, l’amour, la sagesse.

L’écriture est fluide, sensible, teintée de poésie, empreinte de philosophie.

Un roman optimiste et émouvant ❤

 

➡️  A mettre en priorité dans vos lectures de l’été ☀️

 

 

Résumé :
Au soir de sa vie, Martial, paysan bourru, se remémore le parcours jalonné d’embuches de ses quinze dernières années. Notre vie d’adulte se façonne dans les premières années de notre enfance. Lorsque l’on évoque notre passé, il nous revient le souvenir d’un parent, d’une mamie, que l’on porte dans son cœur, et qui nous a soutenu dans cette étape délicate.
Voici l’histoire de Martial et celle de son petit-fils Antoine, qui, au travers des tourments d’une famille qui se consume et se déchire, vont apprendre à se connaître, et à s’aimer. Un récit intime, peuplé d’émotions, de joies et de chagrins, de peurs et d’amours qui parsèment nos mémoires d’enfants.

Un commentaire sur “Comme un phare dans la tourmente

  1. marielle62
    29 juin 2020

    J’ai déjà lu et aimé cet auteur, sur les conseils d’une amie, et je crois que ce livre va rejoindre ma pal d’été. Si le feel good signifie que l’on se sent mieux après avoir lu le livre (je cite Alice Quinn), alors cet auteur est feel good

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 29 juin 2020 par dans Lecture, Roman, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 302 autres abonnés

Articles les plus populaires

L’étoile d’Orion
Mon père, ma mère, mes tremblements de terre
La chronique de Sabine #30
Le Petit Prince
La chronique de Sabine #31
Scène de crime - Le magazine culturel du crime - numéro 2
Le piano oriental
Au fond de l’eau
%d blogueurs aiment cette page :