Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Nous irons voir les pétroliers (suivi de Envol)

« J’ai troqué la fanfare des coquelicots
Pour les cornes de brume des pétroliers
dans le petit matin
qui ne nous verra pas ensemble »

Le recueil de Marie-Christine Frézal reflète la poésie de l’amour, le besoin  de voir plus loin que les pétroliers, la nécessité de dépasser les obstacles.

La comédienne joue avec les mots, les sonorités, sa création est riche et imaginée.

Les Editions Au Verso proposent régulièrement des rencontres avec l’auteur accompagnée de son bassoniste Didier Malbec. Un moment magique auquel j’ai assisté hier soir. Une alliance qui laisse le public sans voix.

Marie-Christine Frézal est membre des Plumes et Ecrivains du Pays Salonais
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 8 juin 2013 par dans Lecture, PEPS, Poésie, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

%d blogueurs aiment cette page :