Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Comme de vieux amis qu’on ne voit plus …

« Alors que la Nocturne no 1 en si bémol mineur de Chopin plongeait Mark Davisburry dans cet état si particulier d’« ébriété poétique », son regard dériva sur les dos des trois seuls ouvrages du bureau, rangés côte à côte dans un reliquaire aux courbes dorées et ouvragées : les livres des morts tibétain, égyptien et chrétien.
Il en avait étudié chaque ligne des nuits entières, espérant y trouver ce qu’il cherchait. Depuis, il les gardait là, en souvenir, près de lui, comme de vieux amis qu’on ne voit plus mais qui ont compté dans notre vie.
Un sourire nostalgique sur les lèvres, il quitta des yeux le reliquaire pour regarder en direction du seul objet réellement mis en valeur dans la pièce. »

Extrait de Nicolas Beuglet, « Le cri »le-cri

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 février 2017 par dans Autour du livre, Citations, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

%d blogueurs aiment cette page :