Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Et la colère monta dans un ciel rouge et noir

 

 » (…) tout ça à cause de ce qu’il chérissait le plus au monde après sa famille et les livres, ce maudit football, sport-roi devenu un business aveugle plus important que la pauvreté, l’illettrisme, la mauvaise santé du peuple. »
Les soirées « foot » se suivent … Je poursuis mes lectures.
J’étais tombée sous le charme de la plume poétique de Hafid Aggoune avec Les Avenirs. Cette fois-ci, l’auteur écrit un suspens footballo-réaliste.
Le héros est un homme détruit, désabusé, qui avait pourtant cru à sa bonne étoile. Sa vie a basculé avec la perte de ceux qu’il aime. Son refus de cette fatalité sociale va le pousser dans les extrêmes.
A travers les yeux du Professor, l’auteur éveille les consciences et affiche la misère du pays.

« Le Professeur se sentait impuissant face aux bulldozers et aux hélicoptères de l’armée. Tout cet argent des sponsors, des droits TV, des contrats immobiliers, amassés, brassés, circulant en si peu de temps pour un mois de compétition, tandis que des générations de Brésiliens crevaient de faim, ne pouvaient ni se loger ni se soigner, et voyaient tomber leurs enfants dans les enfers quotidiens et banalisés du deal, de la prostitution et des pires dérives humaines, sexe, pornographie, trafics d’organes et autres atrocités innommables. »

Une nouvelle fois, Haffid Aggoune réussit le pari d’une écriture concise, intense et pertinente.
Storylab frappe encore fort avec un titre qui colle à l’actualité et l’éclaire sous un nouveau jour.

Site web du livre : http://goo.gl/OZ8lP7 

Résumé : 
Professeur de littérature dans une favela de Rio, supporter du mythique club de football Flamengo, Henrique Da Silva est le témoin désabusé de la préparation de la Coupe du monde dans son pays. À quelques jours du coup d’envoi, une dernière bavure militaire va faire basculer sa vie. Celui que l’on surnomme « Le Professeur » ne veut plus être une victime. Il se laisse envahir par la colère, la sienne, celle de tout un pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 juin 2014 par dans En numérique, Lecture, Suspens, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

Instagram

Courrier du jour #polar #roman #bookaddict #instabook #bookstagram
%d blogueurs aiment cette page :