Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Cet été-là

« Le soleil s’apaisa, déclina lentement, et le ciel prit une couleur profonde et pleine, la mer battait sur la plage, généreuse, renouvelée. Eux restaient là. Ils retenaient le jour, comme des enfants occupés à jouer et qui trichent avec les heures et s’imaginent qu’ils auront raison du temps. » 

On savoure ce titre de Véronique Olmi comme on admire un tableau impressionniste d’une plage normande. Quelques taches de couleur sont les moments d’espoirs dans la vie en demi-teintes des protagonistes de l’histoire. Nostalgie et mélancolie sont les éclairages donnés à l’œuvre, sans jamais laisser de part au sombre.
Une fois de plus, j’apprécie l’écriture de l’auteur, presque poétique, tout en nuances, mais avec un sentiment léger de rester sur sa faim … Une histoire plus « creusée » aurait été appréciée, là où en l’état actuel le divertissement est réel, agréable, comme une douce brise qui ne bouscule rien.
Un roman à lire sur la plage, cet été, à prêter à ses ami(e)s.

Résumé :
Comme chaque année, trois couples d’amis passent le 14 Juillet au bord de la mer, en Normandie. C’est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse. Cet été-là, pourtant, un adolescent inconnu surgit et s’immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures, des secrets. En quelques jours, le destin de ces êtres va basculer.

http://api.dmcloud.net/player/embed/4e709e80f325e11e5f000025/4ea2568a94a6f6461c001357/2260b9236b074f5a92f3815c010af4b8?exported=1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 24 mai 2012 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sexe : le grand quiz
Moi, Benjamin V., 33 ans, l’âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue…
Des étoiles pour cette nuit
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Raisons Obscures
Les secrets du violon
S.A.R.R.A. : une intelligence artificielle
Ma PAL (pile à lire)

Insta Livres

Belle endroit pour cette boîte à livres !
La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
%d blogueurs aiment cette page :