Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

J’aime pas les auteurs de polar

ExpoLectoure.inddJ’aime pas les auteurs de polar est un petit recueil de 35 caricatures d’auteurs de polar, assortis d’une citation de leur écrit respectif. Un monde de mecs illustré par un mec, moi je vous dit qu’à certaines pages, ça sent la testostérone 😉

Vous pourrez reconnaître le fameux cigare de Laurent Guillaume, la crinière rousse d’RJ Ellory, le crâne légendaire d’Eric Maravelias, l’éternel couvre-chef de Ian Manook, le longiligne Alexis Aubenque, les extraordinaires oreilles de Petros Markaris ou encore les yeux bleus d’Olivier Norek. Mais il y a aussi Bernard Minier, Carlos Salem, Pierre Lemaitre, Hervé Commère …

polar

Artiste plasticien, celui qui se cache sous le pseudonyme de Djebel, n’est autre que G.D. Noguès, un touche à tout inconditionnel – le cinéma, la bande dessinée, le dessin d’humour ou d’actualité, les costumes et les décors pour le théâtre. Lorsque je lui demande de me dresser son portrait, c’est sa propre caricature qu’il propose 🙂 14813519_1142328045859374_1913970803_n

Djebel a exposé ces délicieux portraits lors du salon « Lect(o)ure de polars » en octobre dernier. Une expérience unique qui a certainement ravi les amateurs du genre !
D’ailleurs, il faut souhaiter la bienvenue à notre homme dans le domaine, car il a publié son premier roman, Gaz in Marciac, en 2014 et son second Pas d’orchidées pour Miss Armagnac, en 2016, dans la collection Du Noir au Sud (Éditions Cairn).

Suivez l’artiste, son coup de crayon est fabuleux !

Et une mention toute particulière pour sa dédicace, unique en son genre !

Une dédicace unique, merci Djebel !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25 novembre 2016 par dans Album, Lecture, Polar, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Padi et l'aventure de la vie
Amoureux
Le Club des Gourmands de Lecture 2020
S'organiser avec un Bullet Journal
Menu d'amour
Heure d'été
Mon cahier Hygge happy thérapie - vive le comfort lifestyle !
La pomme d'Ève

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :