Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

L’Arche de Milàn

L'Arche de Milàn« Tout apparaissait clairement, sans aucune défaillance dans l’articulation ; et chacun des thèmes, toujours scandé dans la pensée accomplie du récitant agile ; s’étonnant, se recueillant, se déployant aux limites de l’insondable sonore, lorsque l’éventail démesuré du soufflet permute ses noirs mats et les grenats vifs de ses ouïes écarlates. Alors, la déferlante flamboyante d’un prélude de Bach, en son point culminant d’intensité, étreignit chacun de frissons souverains dans des sphères dermiques ignorées ; comme une étreinte rêvée que l’on n’espérait plus. »

L’Arche de Milàn n’est pas seulement un livre, c’est une symphonie slave aux accents méridionaux. Une histoire d’intégration, d’amitiés, d’amours, de passions. Tout au long des chapitres, Jacques Moscato dirige le récit avec sa baguette de chef d’orchestre. Il donne la parole à la banlieue au travers d’un enfant exceptionnellement doué pour la musique, mais aussi pour les relations humaines. Le monde des adultes et celui des enfants se complètent à merveille. Le silence souligne la profusion des notes, la joie comble les peines. Une ode à la vie qui estompe la maladie et la mort. Pas de destins tout tracés pour Milàn et Jalila, ils ont tout à inventer.

Ce roman est d’une exceptionnelle sensibilité, d’un optimiste sans égal, il touchera le lecteur en profondeur avec les nobles valeurs qui y sont développées.
Tout comme le musicologue Alessandro Baricco, Jacques Moscato signe une oeuvre narrative construite comme une partition. Brillant !
 

Résumé :
L’histoire de Milàn, c’est d’abord celle d’un gosse déraciné, échoué au milieu des « effacés des banlieues sensibles » d’une capitale occidentale. L’enfant est doué pour la musique, il parle peu mais il joue. Il joue d’un vieil accordéon rafistolé, il séduit, impressionne, trouve peu à peu sa place. Venue des « terres arides du haut atlas algérien », Jalila a déjà vécu bien des drames pour une enfant. Milàn et Jalila grandissent côte-à-côte, leurs destins à jamais liés.

Un commentaire sur “L’Arche de Milàn

  1. Pingback: Jacques Moscato : l’interview de Bookeenstore – Ma Bibliothèque Bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 9 mai 2016 par dans En numérique, Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le Petit Prince
Le piano oriental
Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent

Insta Livres

Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
%d blogueurs aiment cette page :