Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Il faut pourtant que cette attente cesse

« Aujourd’hui plus encore, je devais trouver une explication. Car les îles coulaient dans la mer comme le sang coule dans nos veines. »

Ce roman commence par une intrigue peu commune, des îles disparaissent au fur et à mesure dans le secret de la nuit …
Au fil des pages, on découvre Jean, prénom étrangement masculin pour une fleuriste, son passé difficile, son exil, et puis Kieran et Enora.
L’écriture d’Astrid Monet exprime des sentiments douloureux qui ont du mal à trouver des issues dans la vie des personnages. Avec une pudeur exceptionnelle, les relations sont mises à nues. Jean, Kieran, Enora, mais aussi l’oncle, le gouverneur et sa femme, ont des blessures profondes avec lesquelles il faut pourtant vivre.

En lisant ce roman qui est ponctué de quelques chansons phares des années 90, je n’ai pas réussi à chasser le refrain de « L’île du Dédain » de Souchon …
Un roman très fort qui emporte le lecteur dans une complexité sournoise inatendue, mais heureusement sauvée par une note d’espoir d’« un bleu franc, vif, électrique ».

Résumé :
A la suite d´une étrange catastrophe naturelle, des îles se mettent à couler les unes après les autres. Les rescapés n’ont d´autre choix que de trouver refuge sur la seule île encore debout. Si les insulaires acceptent cette situation avec méfiance, ils cherchent à comprendre les mystères qui entourent ces naufrages. Dix ans plus tôt, Jean est une lycéenne en marge, incapable d’accepter le carcan de la langue française. La proviseure croit suffisamment en elle pour décider de l’envoyer sur une île afin de suivre les méthodes originales d’un professeur et de dépasser ses fautes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 avril 2013 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

Instagram

Un beau livre, l'écriture de Paul Auster, une histoire : celle de sa machine à écrire ! 
#lecture #paulauster #ecriture #bookaddict #bookstagram #instabook
%d blogueurs aiment cette page :