Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Le roi des crânes

Ne vous attendez pas à lire un polar comme un autre avec Laurent Guillaume. Le roi des crânes est une œuvre de fiction qui dépasse certainement la réalité du quotidien des forces de police. Un flic de plus qui écrit allez vous me dire ? Je vous arrête (enfin, pas avec les menottes !). C’est un écrivain, un littéraire qui signe là. Le récit est fluide, sans temps mort, précis. Les personnages édifiants, attachants.

Pour preuve, cet extrait qui me tient cœur :
 » Il flottait dans l’air épais un parfum de putréfaction, l’odeur grasse de la mort. Il avait beau savoir que tout cela n’était qu’une chimère, le produit onirique de son esprit esquinté, il ne pouvait se défaire de l’intime conviction que c’était réel, qu’elles lui faisaient passer un message. Il devait payer le prix du sang. Elles s’avancèrent vers lui, glissant silencieusement dans son esprit, les yeux étincelants comme des soleils. »

Vous en conviendrez, en découvrant les aventures du major Makovski, vous aller à la rencontre d’un écrivain incontestable. Ce polar est beau et grand. Un véritable script pour œuvre cinématographique. Souhaitons qu’Olivier Marchal, qui le préface, pourra porter à l’écran cette intrigue qui, dès la dernière page tournée, nous laisse un goût de « j’en reprendrais bien un peu plus » dans la bouche.
Après Hervé Jourdain et Sang d’encre au 36, les éditions Les Nouveaux Auteurs font un sans faute tout à fait remarquable.

Résumé :
Le major Makovski , après 20 ans de BAC (brigade anti-criminalité) accepte une affectations aux Stups, renonçant aux rondes de nuit…Naitra bientôt entre lui et Keîta, son nouveau chef d’unité, une complicité et amitié à toute épreuve. Mais bosser aux Stups n’est pas une promenade de santé. Lorsqu’une jeune magistrate est poignardée dans le parking même du palais de justice, la machine s’emballe et les démons de ses vieilles colères refont surface. Il n’est bientôt plus question de procédures et de paperasses, mais à nouveau de l’instinct du chasseur, de celui de la survie… Surtout quand la proie se révèle plus redoutable que le prédateur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 23 mars 2010 par dans Lecture, Polar, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 307 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le Petit Prince
Des étoiles pour cette nuit
Raisons Obscures
I invade you
Florence Medina sous le feu des questions
Le vieux qui déjeunait seul
Le piano oriental
La chambre de verre

Insta Livres

Je termine "La vengeance m'appartient", le dernier roman de Marie Ndiaye avec des sentiments ambivalents.
"Bed bug", de Katherine Pancol, se déroule entre Paris et New York. Rose est une jeune scientifique qui ne parvient pas à mener à bien une relation amoureuse, alors que son travail de recherche lui apporte pleine satisfaction. On apprend au fil des pages les traumatismes trans-générationels qui marquent à tout jamais...
Le roman graphique "Anaïs Nin, Sur la mer des mensonges" est signé Léonie Bischoff.
Je termine la lecture de "Blue Baby", de John-Erich Nielsen. Cet ancien officier saint-cyrien, cavalier formé à Saumur, est un auteur que je connais bien depuis une quinzaine d'années. Son dernier roman est très différent des précédents, et même si j'ai aimé l'histoire en général, je n'ai pas adhéré au récit des combats de la Seconde Guerre mondiale, entre cavaliers français et allemands.
Ma lecture du moment ? Le tome 3 des aventures de Justan Lockholmes. Il sortira chez @betapublisher dans quelques mois. C'est donc un privilège et une grande marque de confiance que m'accorde @c.d.darlington.
Féminin sauvage et Slowlife au fil des saisons - Hiver est une invitation à ralentir, au cœur de l'hiver, prendre soin de soi, vivre l'instant et profiter de la saison.
Le roman de Monica Sabolo est un récit envoûtant. L'histoire d'une jeune fille, vivant dans une réserve, que l'on devine amérindienne. Derrière ses allures d'éden, l'endroit se révèle être au quotidien un lieu de misère et le théâtre de violences. J'ai été captivée par l'ambiance étrange et dramatique de ce livre qui met la nature au cœur de l'intrigue.
Du bleu et du positif 💙 merci ma Gi 📘
%d blogueurs aiment cette page :