Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Maman a tort

« Le flux de voitures s’ouvrait devant eux sur toute la largeur de l’avenue Foch. Marianne aimait aussi Le Havre pour cela, son quadrillage de centre-ville à l’américaine, ses rues larges et perpendiculaires, même si la comparaison ne fonctionnait que le temps des rares poursuites dans le downtown havrais, le temps de jouer Starsky et Hutch entre la rue Racine et la rue Richelieu. »

 

C’est à nouveau la Normandie qui sert de cadre à cette incroyable intrigue psychologique dont Michel Bussi a le secret.

Avec brio, il entraîne le lecteur dans les méandres de la mémoire de l’enfance. Le jeune Malone a-t-il seulement une imagination débordante ? Quand les morts tombent au fil des pages, on commence sérieusement à en douter.

L’auteur s’amuse avec les mots et les personnages (la commandante Augresse, Monsieur Dragonman, Pierrick Pasdeloup, Jean-Baptiste Lechevalier) et redistribue les rôles dans cette histoire de gendarmes et de voleurs.

Fait assez rare pour être souligné : pour la toute première fois, j’ai réussi à trouver QUI, juste avant la page 300, mais sans savoir POURQUOI et COMMENT. Les 200 pages suivantes ont donc été palpitantes tout de même.

Mention spéciale pour les extraits du site http://www.envie-de-tuer.com. qui ponctuent le récit. Je suis persuadée que l’auteur s’est régalé à inventer cette page à la fréquentation peu recommandable …

Pour notre plus grand plaisir, Michel Bussi signe cette année encore, et sans surprise, un roman original et captivant.
Résumé :
Rien n’est plus éphémère que la mémoire d’un enfant.
Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple.Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent.Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche.Le compte à rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 mai 2015 par dans Lecture, Polar, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

Instagram

Courrier du jour #rentreelitteraire #albinmichel 
#roman #lecture #bookaddict #bookstagram #instabook
%d blogueurs aiment cette page :