Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Six fourmis blanches

« Et je vois se lever dans ses entrailles les brûlures du mal, qui donne à son visage épais des reflets dangereux, des rictus incontrôlables. Cette force qui gronde en lui, c’est celle du diable, qui grandit, qui pousse les parois, et le déforme et le dévore. Sa silhouette trop grande et tordue, musculeuse, ses gestes hachés, son regard de possédé ; tout souligne la métamorphose hideuse de ce gamin qui se croit investi du don de Dieu, et qui vomit à chaque mot les démons qui l’habitent. »

 

Je referme ce dernier roman de Sandrine Collette avec le mot « glacial » en tête. Le style « Collette » est là, à chaque page que l’on tourne. Cette collection « Sueurs froides » de Denoël ne pouvait pas mieux porter son nom. Sandrine Collette ne fait pas du noir, du polar ou du thriller, non, elle fait froid dans le dos. Après son premier roman « Des noeuds d’acier » qui avait remporté de nombreuses récompenses, ces « Six fourmis blanches » devraient déclencher des avalanches dans les critiques littéraires.

D’un chapitre à l’autre, le lecteur se retrouve dans la peau de Mathias et de Lou. Un roman à deux voix au coeur des montagnes d’Albanie. Une montagne maudite ? Cette nature hostile ne constitue pas seulement un décor pour cette aventure mortelle, c’est un élément cher à l’auteur, et qui en fait de belles descriptions, tout en installant les situations et en faisant monter la tension au fil de cette ascension dont personne ne sortira indemne.

Une mention toute particulière pour le dernier chapitre, extrêmement bien travaillé et qui offre un dénouement de toute beauté.

« Tuer est un art qui se maîtrise, une communion avec la nature, l’animal et les dieux. »

 

Indéniablement, Sandrine Collette maîtrise cet art avec brio.
 

Résumé :
Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper ? Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. A des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches. Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c’est pour leur propre survie qu’ils vont devoir lutter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 janvier 2015 par dans Lecture, Suspens / Thriller, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

Instagram

Belle rando littéraire sur le GR2013 #lecture #mp2013 #bookaddict #bookstagram #instabook
%d blogueurs aiment cette page :