Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Une nuit sur l’île de monsieur Forbin

« Ils étaient assis dans le sable et malgré les ombres inquiétantes que les falaises projetaient autour d’eux, la scène était d’un calme presque poétique … »

Si vous ne connaissez pas Fabien Hertier, sachez qu’il est le fils spirituel de Giono et du Douanier Rousseau.
Dans ce second roman, le jeune auteur compose un récit en mêlant savamment épopée, mythologie et poésie.
On se délecte de cette nuit au milieu du Pacifique, malgré la proximité de la guerre.
Le lecteur découvre les mystères de l’homme en blanc au fil des pages et affrontera les fantômes du personnage avec la sérénité qui caractérise l’ensemble du roman.

Cette première publication de l’année 2013 des Éditions Elan Sud est une merveille et la couverture est tout simplement splendide.

Résumé :
Printemps 1942. Alors que la guerre du Pacifique vient de commencer, un homme en costume blanc s’embarque dans un port du Pacifique occidental pour rejoindre une île à laquelle il semble mystérieusement attaché. Au cours d’une nuit pleine de légendes, il y affrontera d’inquiétants souvenirs et six observateurs japonais débarqués du ventre d’un vaisseau de fer.

Lire les premières pages

Rencontre avec l’auteur le vendredi 18 janvier 2013 à 19h, à la librairie Elan Sud

2 commentaires sur “Une nuit sur l’île de monsieur Forbin

  1. Abdelhamid Niati
    14 janvier 2014

    Une belle découverte.

    J’aime

  2. Pingback: Académique … – Ma Bibliothèque Bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 11 janvier 2013 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sexe : le grand quiz
Moi, Benjamin V., 33 ans, l’âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue…
Des étoiles pour cette nuit
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Raisons Obscures
Les secrets du violon
S.A.R.R.A. : une intelligence artificielle
Ma PAL (pile à lire)

Insta Livres

Belle endroit pour cette boîte à livres !
La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
%d blogueurs aiment cette page :