Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

La déesse des petites victoires

« A l’échelle d’une vie, l’absolu est pavé de beaucoup de petits renoncements. »

C’est un roman extraordinaire, et pourtant, je l’avoue, je n’aime pas les romans historiques. Mais ce qu’écrit Yannick Grannec, c’est une actualité de notre siècle. « Confessions d’une femme amoureuse d’un homme hors du commun » pourrait être le sous-titre de cette fiction qui s’appuie néanmoins sur des vérités scientifiques et des faits divers avérés.

« Pauvre petite chose. Moi, j’ai été jugée toute ma vie. Incapable, stupide, vulgaire. Jamais à la hauteur. J’ai pleuré, tapé du pied contre toutes ces portes closes, mais je suis restée « l’Autrichienne ». »

Adèle est une femme qui a aimé passionnément un génie. Une vie loin d’être facile, depuis l’entre-deux guerres, en passant par la montée du nazisme en Europe, puis dans l’exil américain. Comment une danseuse de cabaret réussira-t-elle à partager le quotidien si torturé de son mari. Avec quelle force et quel humour, elle invitera à sa table Albert Einstein et autres prix Nobel de physique.
L’auteur sait distiller avec talent l’émotion des sentiments d’amitié et d’amour, la peur de l’avenir, la solitude, la détresse, la folie … Le rythme est juste grâce à l’alternance des chapitres où se répondent deux degrés de narration, le témoignage à Anna et les souvenirs d’Adèle. Un premier roman et d’ors et déjà une réussite.

Accessible au néophyte, un roman captivant !

Résumé :
Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle. Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique. Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.

Le prix des libraires 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 7 octobre 2012 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Les secrets du violon
Le Petit Prince
Le piano oriental
Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent
Les enfants de Pangée - tome 1
Heure d'été
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160
Le jour où elle n'a pas fait Compostelle

Insta Livres

Prendre le temps de lire, se reposer, écouter les oiseaux, le bruissement du vent, sentir le soleil sur la peau. S'émerveiller de la vie. Tout simplement.
Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
%d blogueurs aiment cette page :