Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Sang d’encre au 36

Bien plus qu’un polar, le premier roman d’Hervé Jourdain est une immersion totale au sein d’une équipe du 36 avec un fil conducteur : Georges Simenon. Le capitaine de police connaît son métier et nous invite à vivre une enquête difficile où chaque détail est plus vrai que nature : personnages, lieux, discours.

Si j’osais, je dirais que c’est un polar « bio ». Pas de langue de bois, d’hémoglobine ou de superflu, le rythme est soutenu, sans fioritures, les protagonistes, sans avoir l’étoffe des héros, sont attachants, le suspens tient réellement le lecteur en haleine jusqu’à la fin. Presqu’on en redemanderait un petit peu. Mais ce sera certainement pour de nouvelles aventures du commandant Duhamel, car si écrire c’est « rassembler les idées, imaginer une intrigue, développer un synopsis, noircir des pages, s’essorer le cerveau, ausculter les mots, gommer les lourdeurs, trouver la bonne formulation » : Hervé, vous êtes doué, il ne faut pas s’arrêter pas en si bon chemin.

 

Prix des lecteurs du Grand Prix VSD du polar 2009

 

Résumé :
La Crim’ est dans tous ses états. Tous les vendredis, un tueur sévit dans les milieux culturels puis nargue par l’envoi d’un courrier les policiers du 36. Après le premier assassinat d’un conseiller d’orientation, la nouvelle victime appartient encore à l’Education nationale. L’équipe du commandant Duhamel croit tenir quelque chose. Illusion : les victimes « sans histoire » s’accumulent et la Brigade criminelle du quai des Orfèvres s’inquiète de ne pas avoir de piste solide. Rien ne semble lier ces meurtres en série… sauf, peut-être, la passion des victimes pour les romans policiers.

3 commentaires sur “Sang d’encre au 36

  1. juliebermond
    25 août 2009

    Bonne critique, qui correspond assez bien à ce que j'en ai pensé moi-même! (c'est rare, généralement, je me demande de quelle planète débarque les gens qui font des critiques de bouquins…)

    J'aime

  2. Sabine
    25 août 2009

    Merci Julie. Je ne suis qu'une lectrice, une droguée des livres. Personne ne dicte mes choix. Je suis une résidente du monde, la tête entre les lignes et les pieds sur terre.

    J'aime

  3. juliebermond
    25 août 2009

    Je crois que nous avons approximativement le même profil… et je ne suis pas prête à partir en désintox…
    J »aime beaucoup ton blog!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 23 août 2009 par dans Lecture, Polar, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Des étoiles pour cette nuit
Sur la route de ses rêves
Mémé goes to Hollywood
Brille, tant que tu vis !
Noël et préjugés
The suicide book
Le vieux qui déjeunait seul
La volonté ...

Insta Livres

Chaque fois que je rencontre Stéphane, je me dis que le mot PARTAGE prend toute sa signification. Merci pour le café, le moment, les paroles, le choix, le chemin, la liberté, ton livre ...
La Chronique de Sabine #43
Passage obligé par cette librairie du joli village de Conques 📚
Oh une librairie bleue 💙📚
Boîte à lire, boîte à livres 📚
Avant de partir sur le Chemin,  j'avais envie de m'y plonger par la lecture. Et c'est avec "Le vestibule des causes perdues", de Manon Moreau, que j'ai pu accompagner plusieurs pèlerins depuis Le Puy en Velay jusqu'à Santiago. Le roman nous fait partager le quotidien de ces femmes et de ces hommes qui ont décidé d'entamer le célèbre pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. L'écriture de l'auteur nous fait apprécier les paysages, un lever de soleil, mais aussi la pluie sur la tête, le poids du sac à dos, les ampoules et les blessures ... Un récit plein d'humour, d'amour, de tendresse et d'espoir. Un livre pour cheminer vers soi. Un véritable coup de cœur 💙
Très heureuse de proposer une animation ludique et culturelle pour ces Journées Européennes du Patrimoine. Une belle collaboration avec Pierre Gaulon qui fonctionne à merveille. "Le secret des savonniers" est notre 2ème escape game. Avant il y avait eu "Prodigieuse Prophétie" (sur le thème de Nostradamus). Depuis le printemps, "L'enquête Napoléon" rencontre un franc succès au Château de l'Emperi. Et c'est avec impatience que nous attendons les participants du Festival de l'imaginaire de Lambesc pour "Archéologues du futur".
🎤🎧 Enregistrement de la prochaine Chronique de Sabine, dans la joie et la bonne humeur. À découvrir dès mardi prochain sur Mistral Social Club et Fréquence Mistral 📻
%d blogueurs aiment cette page :