Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Le cercle fermé

J’avais adoré Bienvenue au Club, conseil de lecture de mon ami François. Avec sa suite, Le Cercle fermé, Jonathan Coe nous décrit une Angleterre désenchantée. Le romancier boucle ainsi un cycle de romans politiques entamé il y a plus de dix ans. De Woodstock aux années Blair, les teenagers font un adieu pathétique à leur jeunesse et le sombre bilan d’une génération flouée.
Le roman est moins rythmé que Bienvenue au club, je trouve cela dommage, mais l’écriture de Jonathan Coe est toujours aussi délicieuse.

Résumé :
L’Angleterre de Tony Blair entre dans le nouveau millénaire, et les héros de Bienvenue au club dans l’âge mûr. Vingt ans après, qu’ont-ils fait de leurs idéaux de jeunesse ? N’auraient-ils d’autre choix qu’entre compromissions et immobilisme? Seul l’affreux Paul, leur cadet, un politicien opportuniste, semble s’adapter à ces temps nouveaux et aux nouveaux cercles du pouvoir. Mais si les utopies des années soixante-dix semblent maintenant lointaines, il suffit de bien peu pour faire resurgir les fantômes du passé… Jusqu’à ce que le cercle se referme. Tout en déroulant la chronique de l’histoire immédiate du choc de la mondialisation à la guerre en Irak, Jonathan Coe fait le portrait d’une génération en proie à d’irréductibles contradictions. Impitoyable satiriste, il brosse un tableau ravageur de l’Angleterre de Tony Blair, qu’il dénonce avec la fureur vengeresse jadis réservée au thatchérisme. Ce roman est celui d’un conteur à l’habileté diabolique. D’une lucidité aussi réjouissante qu’inconfortable, il se fait le miroir non seulement d’un pays, mais d’une époque tout entière. Et le diptyque que composent Bienvenue au club et Le Cercle fermé constitue une fresque aussi ambitieuse et aussi aboutie que Testament à l’anglaise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 3 février 2008 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le Petit Prince
Le piano oriental
Les gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent

Insta Livres

Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
%d blogueurs aiment cette page :