Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

No et moi

No et moi est un joli conte moderne urbain. Utopique ou naïf ? Peut-être, mais l’auteur exerce ici sa jolie plume et livre avec sa pertinence une réflexion sur l’individu et l’humanité.
Un bel ouvrage qui naît de la noirceur de notre société pour s’élever au-dessus de nos petites destinées.
Dans la lignée de Ensemble c’est tout.
Un écrit rempli d’émotions à découvrir sans attendre !
Résumé du livre
Lou, treize ans, intellectuellement précoce, est une élève brillante et isolée. Fille unique délaissée par une mère tombée en dépression après la mort d’un bébé et incomprise d’un père aimant mais prisonnier de son impuissance. En classe, les autres élèves l’appellent ‘le cerveau’. Pour Lucas et ‘son air de bagarre’ – les mauvais garçons au sourire d’enfant, ça a toujours fasciné les fortes en thème -, elle est ‘pépite’. Dans le cours de l’exigeant monsieur Marin, elle a proposé de faire un exposé sur les sans-abri et d’interviewer une jeune femme SDF. A la gare d’Austerlitz où elle vient régulièrement regarder les gens et les trains partir, elle rencontre No. Mais la connaître, tenter de devenir son amie, ne suffit pas ; l’adolescente se met en tête de la sortir de là, comme on dit, et, avec Lucas, ils lèvent une armée du salut à deux combattants pour une opération de sauvetage, trop grande pour eux.

 

5 commentaires sur “No et moi

  1. justabook
    22 février 2008

    vraiment très beau,je n’ai pas décrocher de cette magnifique histoire!!!

    J’aime

  2. Anonyme
    24 novembre 2009

    Après ce livre, j'ai lu « Heures Souterraines » et c'est d'un réalisme terrifiant

    LaCh'ti

    J’aime

  3. Clement CHATAIN
    30 novembre 2009

    Il me tarde de le lire!!!

    Il y aura une chronique!!

    J’aime

  4. Nicolas
    20 décembre 2009

    Je n'ai pas tellement accroché à ce roman, étant notamment déçu par le style qui m'a paru très plat. Ca m'a un peu fait penser à de la littérature pour ados…

    J’aime

  5. Soleggiata
    21 juillet 2010

    Touchant:l'amitié, l'amour, la solitude, les non-dits…
    Des chemins qui se croisent, qui se vivent , et qui se séparent…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 2 décembre 2007 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :