Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Je serai toujours là

« Elle fixa les yeux du monstre. Deux gouffres noirs sans fond. Il s’agissait bien d’un monstre, pas d’un être humain. Une créature gorgée d’une haine incontrôlable, capable de répandre le mal d’un seul souffle. D’aspirer le bien dans ses poumons et de le recracher en lambeaux de malheur. Elle dégageait une telle puissance destructrice que l’atmosphère se chargeait d’une sorte d’onde maléfique à chaque respiration. »

 

Dans la série « mais pourquoi j’ai tant attendu pour découvrir ce livre ? », j’ai enfin lu Philippe Savin !
Je voulais absolument commence par Je serai toujours là, car il se passe dans une région que je connais bien : Anduze, Alès, les Cévennes.

Autant vous prévenir, l’histoire est sombre : disparitions, tortures, mutilations, morts violentes… L’horreur et l’angoisse jalonnent ce polar. Mais le mystère et la recherche de la vérité vous feront tourner les pages avec avidité. Jusqu’au dénouement incroyable !

Philippe Savin signe un roman très réaliste, avec des personnages atypiques et attachants.

Une intrigue oppressante et surprenante !

 

 

Résumé :
Récemment affecté dans les Cévennes, le commandant Nathan Prieur espère un nouveau départ avec sa femme et ses deux filles. Mais de nouveau, il se retrouve confronté à l’horreur lors du meurtre abominable d’une adolescente.
Nathan Prieur, impliqué personnellement dans cette affaire, se lance sur les traces de l’assassin.
Un compte à rebours impitoyable commence, car il en est certain : le monstre ne s’arrêtera pas là.
Des destins se croisent. Des vies s’effacent. Des meurtres sont perpétrés avec une incroyable cruauté. Des mensonges oubliés surgissent du passé. Des fantômes hantent les bâtiments en perdition. Le mal rôde sur les Cévennes. La folie s’est emparée des hommes…

Un commentaire sur “Je serai toujours là

  1. marielle62
    19 juin 2020

    Encore une fois, mabibliothequebleue me donne envie de lire… à la lecture du résumé, je repense à la trilogie du mal de Chattam….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 19 juin 2020 par dans Lecture, Polar, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sexe : le grand quiz
Moi, Benjamin V., 33 ans, l’âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue…
Des étoiles pour cette nuit
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Raisons Obscures
Les secrets du violon
S.A.R.R.A. : une intelligence artificielle
Ma PAL (pile à lire)

Insta Livres

Belle endroit pour cette boîte à livres !
La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
%d blogueurs aiment cette page :