Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

On la trouvait plutôt jolie

«Il enfoncerait le clou en précisant que le nombre actuel de migrants sur la planète était stable depuis des années, environ 3 % de la population mondiale, soit trois fois moins qu’au XIXe siècle. Un paradoxe dans une société mondialisée, où tout circule bien plus vite et plus loin qu’aux siècles derniers, l’argent, l’information, l’énergie, la culture. Tout. Tout sauf les hommes. Sauf la majorité des hommes. Les démocraties, désormais, construisaient des murs. Une véritable contagion depuis le 11 septembre 2001. Des murs non pas pour se barricader, mais pour filtrer. Pour trier, pour passer les hommes au tamis des désirés et des indésirables.»

 

Derrière une belle couverture (édition limitée Pocket), Michel Bussi aborde avec On la trouvait plutôt jolie, le sujet délicat de l’immigration.
Ce n’est pas un documentaire, c’est une vraie fiction. Un roman profondément humain, avec des images fortes et symboliques. L’auteur dresse le portrait de Leyli, une femme exceptionnelle, désireuse d’élever ses enfants en France, loin des terres d’Afrique qu’elle a fui. Une femme qui garde un secret bien caché …

Au fil des pages, Michel Bussi confirme sa volonté d’enchanter le lecteur et de lui offrir une belle intrigue, même s’il faut en passer par certaines scènes très dures, voire choquantes.
Cependant, même sans vouloir tenir de discours alarmiste, le livre est à mi-chemin entre le drame psychologique et le roman moralisateur. Une dimension sociale inédite pour une prise de conscience obligatoire.

On notera le joli clin d’oeil du titre à la chanson de Pierre Perret : Lily (1977).

On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies Lily
Dans un bateau plein d’émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris

Quarante ans après, les paroles engagées trouvent un écho naturel dans le roman de Michel Bussi.

 

Résumé :
« – Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l’a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire. »

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 9 mai 2020 par dans Lecture, Polar, Suspens / Thriller, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :