Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Ma vie sera pire que la tienne

« Je suis un vieux chewing-gum collé à son angoisse. Une fatigue spectaculaire s’empare de moi. Je glisse au sol, lâche la carabine. La crosse tape sur le parquet élimé. Je suis en nage. J’enlève mon tee-shirt. J’éponge comme je peux. Il n’y a plus de sourire sur mon visage. Une veine bleue sur ma main. Elle palpite. Ma peau est presque diaphane. Des spasmes ridicules envahissent mon corps. Mes nerfs lâchent un à un. Ils se détricotent. Je fonds, me liquéfie. Bientôt je serai réduit à l’état d’une flaque de sueur malodorante, et je disparaîtrai à tout jamais. J’essaye de me relever. Mes jambes flageolent. Elles me lâchent. Je vacille. Je me sens seul. »

 

Singulier, c’est le mot qui me vient spontanément pour décrire les romans de Williams Exbrayat. Et pourtant, ce dernier se conjugue au pluriel 🙂

En effet, ce sont trois histoires qui sont regroupés dans ce livres, trois récits qui pourraient être lu séparément, mais qui sont étrangement liés. Avec comme fil conducteur, ce sublime Disco Boy, bouledogue bringé qui fait la couverture.

Dans Ma vie sera pire que la tienne, l’auteur reste fidèle à son style noir et bourré d’humour. C’est du Pulp fiction à la française, ça dézingue à tour de bras, ça parle gras et fleuri, on passe d’une simple embrouille à un imbroglio pas piqué des hannetons !

Bref, c’est du bon thriller bien déjanté.

 

Résumé : 
Quel est le point commun entre un looser amoureux, un bouledogue alcoolique nommé Disco Boy et une jolie hôtesse de casino ? Une sévère propension à être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ces trois-là n’étaient pas faits pour se rencontrer, encore moins pour évoluer en milieu hostile : des trafiquants de drogues, des braqueurs grimés en présidents, des flics retors et une bête qui hante la campagne. Tuer ou se faire tuer, telle est désormais leur seule alternative.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 12 novembre 2018 par dans En numérique, Lecture, Suspens / Thriller, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le vieux qui déjeunait seul
Patrick K. Dewdney sous le feu des questions
Club de lecture des Gens Heureux
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

Cette année, j'ai la joie et l'honneur d'être à Paris pour plusieurs rencontres littéraires. Rendez-vous sur le site de @betapublisher pour connaître les dates de nos prochains rendez-vous 📚
Et hop une nouvelle aventure de Charlotte Latourette ! J'adore ces petites enquêtes sur fond de paysage normand et qui sentent les bons petits plats. Pour ce 2ème opus, Adèle Prince ajoute à ses sympathiques personnages un compagnon à 4 pattes. Forcément ça marche ! J'ai trouvé l'intrigue plus simple que la précédente, mais ça ne m'a pas dérangé. C'est toujours frais et divertissant, franchement j'en redemande !
Hier en fin d'après-midi, la Médiathèque de Salon-de-Provence accueillait Lucie Quéméner, auteure de « Baume du tigre ». Prix littéraire Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. Prix France Culture Bd des étudiants en 2020 et sélection officielle d’Angoulême 2021.
« Je suis la maman du bourreau » de David Lelait-Helo est un roman choc ! Le portrait d’une mère pieuse, qui a donné sa vie et son fils à Dieu. J’ai lu avec avidité tout l’amour, mais aussi le calvaire de cette femme alors que la vérité reprend ses droits. C’est terriblement bouleversant. Cet extrait pourrait bien résumé le livre : « La stupéfaction, l’hébétude l’avaient plaquée au sol, et le chagrin l’empêchait maintenant de se relever. »
Conseillé par ma bibliothécaire, je referme "ESPRIT D'HIVER", de Laura KASISCHKE avec ce sentiment incroyable d'avoir été menée en bateau tout au long du roman. Un huis clos terrifiant, glaçant, qui retourne le lecteur sur les deux dernières pages.
Top 9 2021
Je ne savais pas ce qu'était le genre cosy mystery, je l'ai découvert grâce au roman d'Adele Prince : "MEURTRES-FRITES à la crème". Une aventure légère et pleine d'humour servie par des personnages extrêmement attachants. Et puis le dépaysement est total ! La côte normande est tellement belle et mystérieuse...
Merci papa Noël 🎅 📚
%d blogueurs aiment cette page :