Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Artemisia

« Voyez-moi ces deux-là ! Elles ont tué ce misérable et n’en semblent pas repentantes ! L’habit propre et la coiffure bien mise, et pourtant, la dague est restée posée sur l’épaule, à la militaire, prête pour d’autres batailles. »

Cet album raconte la vie d’une femme incroyable, une grande figure du féminisme : Artemisia Gentileschi.
Grâce au scénario de Nathalie Ferlut et aux illustrations de Tamia Baudouin, le lecteur est plongé dans l’Italie du XVIIème siècle.
Le récit est le portrait d’une femme au coeur de la Renaissance. Mais étrangement, il semble bien moderne … Car Artemisia a mené un combat contre les discriminations sexuelles. Au sein d’une société phallocrate, faire reconnaître son talent de peintre ne fut pas une mince affaire.
Violée, humiliée, elle n’aura de cesse de faire tomber les préjugés dont les femmes de son temps étaient victimes.

Une biographie puissante, poignante et indispensable !

 

Résumé :
Hiver 1638, l’artiste peintre Artemisia Gentileschi entreprend un voyage de Rome vers Londres, pour y retrouver son père, lui aussi peintre, qui lui a jadis transmis son savoir-faire et son talent. Durant le trajet en carrosse, à travers des paysages vallonnés et enneigés, sa fille Prudenzia ne cesse de l’interroger. Elle veut comprendre comment elle, une femme, a réussi à s’imposer dans un microcosme artistique particulièrement phallocrate. Comment a t-elle réussi à devenir la première femme à entrer à l’académie des arts ? Artemisia évince systématiquement la transmission de ses souvenirs. C’est finalement la nourrice Marta qui commence à lever discrètement quelques pans de la vie d’Artemisia auprès de sa fille. En 1606, à l’évoque où le Caravage était condamné à mort, Orazio Gentileschi commençait à être un artiste romain réputé. En marge de ses travaux de commande, il tentait d’inculquer son art à ses deux fils. Mais c’était sa fille aînée qui montrait le plus de disposition pour la préparation des pigments et le mélange des couleurs. Elle n’en démordait pas : un jour, elle serait une grande peintre. Étant donné qu’elle était une fille, elle n’en ferait hélas rien, pensait son père. Et chaque nuit, tandis que son père allait se saouler, elle poursuivait ses propres œuvres à la bougie, au grand bonheur de l’œil paternel, au petit matin. En 1611, Orazio montre quelques toiles d’Artemisia à un confrère, Tassi. Celui-ci lui reconnaît un talent certain concernant les personnages, mais ses décors mériteraient une formation. Il se propose de lui apporter…

Suggestion de lecture liée à Artemisia : Maestra de L. S. Hilton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 31 octobre 2018 par dans BD, BD, Lecture, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :