Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Compostelle pour les nuls

« Qu’importe, en finalité  ! De nos jours, le pèlerin – particulièrement celui pérégrinant au long cours –, qui marche vers la cité galicienne de saint Jacques, marche plus vers un concept, une idée (voire vers Dieu) – et vers lui-même –, plutôt que vers quelques ossements, quand bien même datant du siècle premier  ! L’importance des reliques – jadis prépondérante, notamment au cours du Moyen Âge – est, sans aucun doute, aujourd’hui, passée au second plan, cédant la place au «sens» même du chemin et à celui de son cheminement… Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est avant tout un chemin de spiritualité  ! »

 

Compostelle pour les nuls est le premier « pour les nuls » que j’achète.
C’est un concentré d’informations sur les routes de Compostelle, mais aussi sur l’histoire religieuse du Chemin, ses traditions, ses monuments et ses pèlerins.

Olivier Cébe et Philippe Lemonnier partagent avec le lecteur des réflexions et conseils pratiques aussi utiles pour le corps que pour l’esprit. Compagnons de marche, ils donnent les repères historiques et géographiques, passant au crible les différentes voies qui mènent au tombeau de Saint Jacques, qui repose depuis bientôt deux mille ans au fin fond de la Galice.

Un guide pratique qui n’oublie pas la puissance symbolique du Chemin et sa singularité.

A lire avant, pendant et après votre pèlerinage.

 

 

Résumé :
Sur le plus grand chemin d’Europe…
Au seuil de ce nouveau millénaire, « Compostelle » est devenu un sujet d’actualité, pour ne pas dire un phénomène de société. Saint Jacques, son lointain tombeau galicien, et les chemins qui y mènent ne laissent pas indifférents nos contemporains… ni les auteurs de ce Compostelle pour les Nuls, qui, ne dédaignant pas passer de la poussière des « grimoires » à celle des chemins – et vice versa – font ici un point exhaustif sur les connaissances actuelles de ce vaste – et parfois controversé – sujet et répondent aux multiple interrogations qu’il suscite. De l’histoire du pèlerinage au choix du matériel nécessaire à chaque pèlerin, en passant par les lieux remarquables et les chemins – dont certains sont boudés ou délaissés par les marcheurs -, ce Compostelle pour les Nuls deviendra vite le compagnon indispensable pour tous ceux qui veulent préparer leur marche dans les meilleures conditions et profiter pleinement de leur pérégrination.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mai 2018 par dans guide, Lecture, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sexe : le grand quiz
Moi, Benjamin V., 33 ans, l’âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue…
Des étoiles pour cette nuit
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Raisons Obscures
Les secrets du violon
S.A.R.R.A. : une intelligence artificielle
Ma PAL (pile à lire)

Insta Livres

Belle endroit pour cette boîte à livres !
La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
%d blogueurs aiment cette page :