Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

L’histoire de ma machine à écrire

« Je n’ai jamais eu l’intention de transformer ma machine à écrire en figure héroïque. Ça, c’est l’oeuvre de Sam Messer, un homme qui est un beau jour entré dans ma maison et s’est épris d’une mécanique. On ne peut expliquer les passions d’artistes. »

Mes lectures sont parfois le fruit de rencontres …
Ce beau livre mêlant texte et peinture, je l’ai découvert à Marseille, dans la toute nouvelle librairie de Philippe Vert : Lumière d’août. Amoureux de littérature américaine (d’ailleurs son enseigne est une référence à l’écrivain William Faulkner), l’homme propose depuis quelques semaines un concept original de librairie-salon de thé (et de café).

J’ai lu beaucoup de Paul Auster, dans les années 90, bien avant de commencer ce blog. J’avais adoré la trilogie new-yorkaise, mais aussi Moon palace.
Je pense que je vais mettre dans ma PAL* ses titres les plus récents.

L’histoire de ma machine à écrire était fièrement posé sur une antique machine à l’entrée de la librairie. Dès que je l’ai vu, j’ai craqué sans même savoir ce que le livre contenait. Je marche souvent au coup de ❤

Paul Auster nous parle de sa machine à écrire, une Olympia. Celle-là même qui a donné la vie à ses plus grandes oeuvres. Avec simplicité et humour, l’objet prend vie …

Elle était agréable au toucher, elle fonctionnait sans histoire, je pouvais compter sur elle. Et quand je ne tapais pas sur son clavier, elle était silencieuse. 

Les dessins et peintures de Sam Messer ont aussi transformé l’objet. La machine semble parfois sourire sous le pinceau, ou bien faire une grimace. Un petit supplément d’âme inattendu. Une histoire d’amour où le peintre serait jaloux de l’écrivain, désireux d’immortaliser celle qui deviendra bientôt obsolète face à l’ordinateur.

Un beau livre qui vient rejoindre une étagère que j’aime enrichir de ces pépites « hors collection ».

 

Résumé :
Il est question ici d’amitiés. Entre un écrivain et un peintre. Entre un écrivain et sa machine à écrire. Entre un peintre et l’obsession que lui inspire la machine à écrire de l’écrivain. Il est question aussi d’une collaboration : entre l’histoire, racontée par Paul Auster, de sa machine à écrire âgée de plus de vingt-cinq ans et l’intervention bienvenue quoique parfois déconcertante de Sam Messer dans cette histoire.

 

* PAL : pile à lire

2 commentaires sur “L’histoire de ma machine à écrire

  1. Cat
    16 octobre 2017

    Je ne crois pas avoir lu Paul Auster. Belle journée!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 15 octobre 2017 par dans Beau livre, Inclassable, Lecture, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le vieux qui déjeunait seul
Le Petit Prince
Extrait des "mamelles de Tirésias"
Le petit mouton qui allait à l'école des loups
La boîte à lire
Carte postale littéraire #4 - Inde
Agatha Raisin enquête - Tome 1 : La quiche fatale
Padi et l'aventure de la vie

Insta Livres

Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
%d blogueurs aiment cette page :