Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Un pied au paradis

51rA0PwAwVL._SX307_BO1,204,203,200_« Il avait l’habitude d’un lieu où l’air était épais comme l’eau et où la sueur vous baignait la peau aussitôt qu’on faisait autre chose que rester assis à s’éventer. Il avait oublié qu’ici dans les collines il fallait travailler pour prendre une vraie suée, même pendant la canicule. »

J’aime les énigmes qui ne sont révélées au lecteur que dans les toutes dernières pages. Lors d’une soirée club de lecture du Grenier d’Abondance, Marianne m’a pourtant conseillé « Un pied au paradis » de Ron Rash. Pourquoi ? Parce que l’auteur nous dévoile l’assassin et son mobile dès les premières lignes. Je suis donc rentrée chez moi avec ce livre de poche.

C’est un drame intense que j’ai découvert derrière ce titre qui n’annonce pas du tout un récit de vengeance et de jalousie. Une histoire qui sent la sueur et la poussière. Une construction à cinq voix : le shérif, le voisin, sa femme, leur fils et l’adjoint. Avec habilité et sensibilité, le même événement est raconté à des époques différentes par les protagonistes.
Ron Rash restitue les dialogues et des flux de pensées semés de tournures locales, le parler de cette région rurale au coeur des années 50. Alors que chacun lutte pour la vie, la vérité et contre la mort, la confession prend une dimension tragique au fur et à mesure des pages.
Les personnages sont tous attachants, qu’ils soient bons et/ou méchants. L’auteur nous met au coeur de leurs préoccupations et de leur désenchantement. De cette terre aride qui doit disparaître, la rédemption semble impossible, la malédiction : inévitable.

Un polar noir et pénétrant : extraordinaire !

 

Résumé :
Oconee, comté rural des Appalaches du Sud, début des années 1950. Une ancienne terre cherokee, en passe d’être à jamais enlevée à ses habitants : la compagnie d’électricité Carolina Power rachète peu à peu tous les terrains de la vallée afin de construire une retenue d’eau, immense lac qui va recouvrir fermes et champs. Holland Winchester est mort, sa mère en est sûre, qui ne l’a pas vu revenir à midi, mais a entendu le coup de feu chez le voisin. L’évidence et la conviction n’y font rien : pas de cadavre, pas de meurtre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 22 février 2016 par dans Lecture, Polar, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Articles les plus populaires

Instagram

Courrier du jour #polar #roman #bookaddict #instabook #bookstagram
%d blogueurs aiment cette page :