Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Journal d’un vampire en pyjama

9782226321824FS« Ma seule possibilité de résister, c’est d’écrire. L’urgence fait pousser des graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m’applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l’hôpital. »

Ce nouveau livre de Mathias Malzieu n’est pas un roman. C’est un journal, poétique, comme sait si bien l’être le chanteur du groupe Dionysos.
Lorsque la médecine l’informe de la gravité de son état de santé, le malade engage un combat difficile afin de sortir vainqueur de cette guerre biologique et « Transformer l’obscurité en ciel étoilé. »

Le livre se lit d’une traite, ivre de curiosité le lecteur ne pourra s’en détacher avant le point final, la note ultime.
Dramatique, larmoyant et pessimiste ? Que nenni ! L’auteur nous parle au coeur, il partage sa fureur de vivre avec sa verve légendaire et réalise ainsi un récit incroyablement vivant, optimiste et bourré d’humour.

Si vous n’êtes jamais entré dans l’univers de Mathias Malzieu, le Journal d’un vampire en pyjama  convoquera à la barre de multiples émotions tout au long de votre lecture et vous persuadera du talent de l’artiste.
À dévorer furieusement !

Découvrez un extrait

 

Résumé :
« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de mœlle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur. »

Découvrez le clip de Vampire de l’amour, extrait du nouvel album de Dionysos :

Un commentaire sur “Journal d’un vampire en pyjama

  1. Pingback: Livre Paris 2016 | Ma Bibliothèque Bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 5 février 2016 par dans Lecture, Récit, et est taguée , , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Padi et l'aventure de la vie
Amoureux
Le Club des Gourmands de Lecture 2020
S'organiser avec un Bullet Journal
Menu d'amour
Heure d'été
Mon cahier Hygge happy thérapie - vive le comfort lifestyle !
La pomme d'Ève

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :