Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Monde sans oiseaux

« Je mange mon sandwich, je bois mon café et je fume en regardant les formes que prennent les volutes jusqu’à ce que ce soit l’heure de rembaucher. La radio joue « Sorry, angel, sorry so… » pendant que les bus expirent derrière la vitre et que les ventres blancs des avions nous écrasent de leur vacarme. Est-ce à cela que ressemblaient les oiseaux, avant ? »

C’est un village étrange, perdu dans les eaux, éloigné de la ville, où les oiseaux ont disparu du ciel. Dans cette géographie étrange, des familles, des amitiés, des amours se développent au fil des jours, des ans, des décennies. Le temps passe, inexorablement.

« Combien de printemps ai-je vécu déjà ? Tout recommence, tout revit, tout sort de terre et s’offre au soleil de notre pays imbibé. » 

 Ce conte contemporain envoûte le lecteur avec une histoire originale et des personnages attachants. Entre rêve et poésie, l’auteur signe là un premier roman d’une beauté atypique.

Résumé : 
« Petite Boîte d’Os » est la fille du pasteur d’une communauté vivant sur les bords d’un lac nordique. Elle grandit dans les senteurs d’algues et d’herbe séchée, et devient une adolescente romantique aux côtés de son amie Blanche. Elle découvre l’amour avec le vieux Joseph, revenu au pays après le « Déluge », enveloppé d’une légende troublante qui le fait passer pour cannibale.
Dans ce monde à la beauté trompeuse, se profile le spectre d’un passé enfui où vivaient des oiseaux, une espèce aujourd’hui disparue. Le lac, d’apparence si paisible, est le domaine où nagent les cochons fluorescents, et au fond duquel repose une forêt de cercueils, dernière demeure des habitants du village.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 26 août 2013 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le vieux qui déjeunait seul
Le Petit Prince
Extrait des "mamelles de Tirésias"
Le petit mouton qui allait à l'école des loups
La boîte à lire
Carte postale littéraire #4 - Inde
Agatha Raisin enquête - Tome 1 : La quiche fatale
Padi et l'aventure de la vie

Insta Livres

Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
%d blogueurs aiment cette page :