Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Le monde après la pluie

La dernière page tout juste tournée, les mots me manquent pour décrire les émotions que procurent un tel roman.
Savinien raconte sa vie comme un poème. Ses montagnes, ses brebis, ses amis, ses amours, ses espoirs et ses peurs.
Chaque mot possède sa couleur et prend tout son sens dans la narration de l’auteur.

« Villamorena, c’est une terre noire et belle, tellement douce quand les orangers sont en fleurs, qu’on voudrait s’y coucher et y mourir, en écoutant mugir la mer. »

Né avec le siècle, le berger parle bien sûr des étoiles, mais aussi de son voyage en Espagne, en 36, pendant la guerre. Le quotidien, les combats, le sang, la mort.

« Tous ces instants se gravèrent dans sa mémoire avec une précision indélébile; car il lui sembla voir le monde pour la première fois, dans toute la force de sa mécanique violente, absurde, ignoble et fascinante, qui soulève l’homme contre l’homme et change l’innocence en un plat pour les cochons. »

La sensibilité de Fabien Hertier est exceptionnelle, surtout lorsque l’on sait que cet écrit est celui de ses 16 ans. Les mots coulent, les phrases transportent le lecteur, la magie opère et nous laisse un doux sentiment d’euphorie contemplative au fil des pages.

Un roman à découvrir et qui invite à la relecture de quelques pages des Contemplations d’Hugo.

Résumé :
Alors que l’orage gronde, près du feu, Savinien, vieux berger de la vallée de Séderon, raconte…
Les collines et les vallées de haute Provence qui viennent se perdre dans la plaine de Madrid. Les marches forcées dans la pierraille et les champs d’herbe sèche, au milieu du ronronnement métallique des chars qui descendent vers la capitale Ibérique.
Les hommes ont souffert, ses compagnons de route sont tombés sous la mitraille. La guerre d’Espagne hante la vie solitaire de Savinien, le rongeant jusqu’au jour de la délivrance.

Lire les premières pages

Fabien HERTIER sera l’invité du café littéraire de L’Endroit le samedi 14 avril 2012.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 28 février 2012 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le vieux qui déjeunait seul
Le Petit Prince
Extrait des "mamelles de Tirésias"
Le petit mouton qui allait à l'école des loups
La boîte à lire
Carte postale littéraire #4 - Inde
Agatha Raisin enquête - Tome 1 : La quiche fatale
Padi et l'aventure de la vie

Insta Livres

Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
%d blogueurs aiment cette page :