Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Val de Grâce

Cet ouvrage est un fabuleux inventaire à la Prévert qui se lit d’une traite.
Un délice de sensations liées à l’enfance.
Un témoignage émouvant de Colombe Schneck.

A découvrir absolument !

Résumé
Est-ce qu’on me pardonnera d’avoir été aimée à ce point ? se demande la narratrice. Est-ce qu’on lui pardonnera la chance inouïe d’avoir passé les vingt-trois premières années de sa vie au ‘Val de Grâce’ ? Comment oublier 200 mètres carrés dans un immeuble haussmannien, rue du Val de Grâce, au coeur de la capitale ? Comment oublier les odeurs, le toucher d’un appartement dont on connaît le moindre recoin, la moindre éraflure ? Les nombreux meubles, l’accumulation des objets, l’originalité des décors, le papier doré et argenté des murs ? Comment oublier l’
enfance heureuse, préservée, qui donne droit à tout : aux confiseries et à la boulangerie à compte ouvert ; à la patience de Madame Jacqueline ; aux rêves de princesses de contes de fées ? Au Val de Grâce, tout devient beau, tout y est magique. Tout paraît éternel. Les enfants ne voient pas le manque d’argent. L’usure, le temps qui passe. On ne leur raconte pas la douloureuse histoire familiale, les parents juifs immigrés fuyant la Shoah. Mais cette histoire a son terme au bout de vingt ans. La disparition de la mère sonne la dernière fête, puis la liquidation du Val de Grâce. C’est l’enfance qui s’en va, les traces des parents, les souvenirs joyeux. Chez soi, en soi, on conserve un mini Val de Grâce, de précieuses reliques. Un jour, alors que la vie est en miettes, on comprend qu’il faut liquider Val de Grâce, le faire revivre une dernière fois pour mieux refermer la porte sur le passé.

Un commentaire sur “Val de Grâce

  1. juliebermond
    25 août 2009

    Ah… et bien là je ne suis plus d'accord avec toi… je n'accroche tout simplement pas, ni au style de Mlle Schneck, ni à son nombrilisme aiguë…
    Je ne comprend tout simplement pas l'intérêt de ce genre de bouquins qui ont pour moi à peut-près autant de vivacité et de qualité littéraire qu'un feuilleton du mardi soir sur france2…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 1 juillet 2009 par dans Lecture, Récit, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le vieux qui déjeunait seul
Patrick K. Dewdney sous le feu des questions
Club de lecture des Gens Heureux
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

Cette année, j'ai la joie et l'honneur d'être à Paris pour plusieurs rencontres littéraires. Rendez-vous sur le site de @betapublisher pour connaître les dates de nos prochains rendez-vous 📚
Et hop une nouvelle aventure de Charlotte Latourette ! J'adore ces petites enquêtes sur fond de paysage normand et qui sentent les bons petits plats. Pour ce 2ème opus, Adèle Prince ajoute à ses sympathiques personnages un compagnon à 4 pattes. Forcément ça marche ! J'ai trouvé l'intrigue plus simple que la précédente, mais ça ne m'a pas dérangé. C'est toujours frais et divertissant, franchement j'en redemande !
Hier en fin d'après-midi, la Médiathèque de Salon-de-Provence accueillait Lucie Quéméner, auteure de « Baume du tigre ». Prix littéraire Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. Prix France Culture Bd des étudiants en 2020 et sélection officielle d’Angoulême 2021.
« Je suis la maman du bourreau » de David Lelait-Helo est un roman choc ! Le portrait d’une mère pieuse, qui a donné sa vie et son fils à Dieu. J’ai lu avec avidité tout l’amour, mais aussi le calvaire de cette femme alors que la vérité reprend ses droits. C’est terriblement bouleversant. Cet extrait pourrait bien résumé le livre : « La stupéfaction, l’hébétude l’avaient plaquée au sol, et le chagrin l’empêchait maintenant de se relever. »
Conseillé par ma bibliothécaire, je referme "ESPRIT D'HIVER", de Laura KASISCHKE avec ce sentiment incroyable d'avoir été menée en bateau tout au long du roman. Un huis clos terrifiant, glaçant, qui retourne le lecteur sur les deux dernières pages.
Top 9 2021
Je ne savais pas ce qu'était le genre cosy mystery, je l'ai découvert grâce au roman d'Adele Prince : "MEURTRES-FRITES à la crème". Une aventure légère et pleine d'humour servie par des personnages extrêmement attachants. Et puis le dépaysement est total ! La côte normande est tellement belle et mystérieuse...
Merci papa Noël 🎅 📚
%d blogueurs aiment cette page :