Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Tout le monde n’a pas la chance d’être vegan

« Renoncer à une alimentation carnée en France, au pays du camembert et du saucisson, c’est comme entrer en résistance. C’est en tout cas rejoindre les rangs d’une minorité. Vous dérangerez, vous rencontrerez de l’incompréhension, vous aurez même peut-être l’impression de faire de la peine en refusant le gigot de Pâques de votre maman. »

 

C’est la curiosité qui m’a poussé à demander aux Éditions Harper Collins ce livre de Laurence Pieau. Je voulais en savoir plus sur la philosophie végane, comprendre le pourquoi du comment.
Dans le manuel pratique Tout le monde n’a pas la chance d’être vegan, la journaliste définit cette « incitation à progresser sur le chemin de comportements plus compassionnels, plus vertueux pour nous-même, pour les animaux, pour la planète et pour les générations futures. »

Avec sens, mais non sans humour, Laurence Pieau avance les arguments, démêle le vrai du faux, égraine les croyances et les préjugés. Son discours n’est absolument pas moralisateur, il se veut un éveil à la conscience, une ode à une vie meilleure.

Alimentation, cosmétique, habillement, tous les sujets sont traités et en bonus, il y a même une vingtaine de recettes faciles à la fin du livre.

J’ai appris que j’étais flexitarienne. Ce mot ne m’était pas connu jusqu’alors. Je doute devenir un jour végétarienne ou vegan. Mais sait-on jamais …

Un manuel pratique qui ouvre les yeux et l’appétit.

 

Résumé :
Depuis peu, en France, le régime carné vacille. Études scientifiques à l’appui, on sait désormais que ne plus manger de viande, ne plus boire de lait est un bienfait pour la santé individuelle. Un bienfait pour l’environnement. Une démarche éthique.
En France, pays à forte culture viandarde, 5 % des Français seraient végétariens ou vegan (sondage Harris Interactive 2017). C’est un petit chiffre alors même qu’il est désormais admis que la planète ne pourra subvenir aux besoins de sa population qu’à une condition : bouleverser ses habitudes alimentaires.
Convertie au véganisme sur le tard et fervente défenseuse d’une version mesurée, Laurence Pieau, journaliste de renom et fondatrice d’Alternatives vegan, est aujourd’hui attachée à faire connaître les principes du véganisme.
Mêlant ici le récit de sa propre transition à un manuel complet, émaillé d’interviews de médecins, de chercheurs et de diététiciens, elle livre un texte aussi sérieux que drôle, loin des discours moralisateurs. Ne reste plus qu’à franchir le pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25 juillet 2020 par dans Guide, Lecture, Récit, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :