Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Un tout petit caillou

« Le passé ne repasserait jamais plus par Al, il ne se déclinerait jamais plus au présent des souvenirs. Le présent dégorgeait le passé tout en aspirant l’avenir d’Al et de son entourage. »

 

Ce petit caillou est un petit bijou ! Avec une écriture douce, mais néanmoins dynamique, Cendrine Varet signe une histoire de petits vieux au coeur d’une MDR – comprenez : maison de retraite 😉

Sans voyeurisme, ni misérabilisme, l’auteur clame son amour pour « le cœur des Vieux, les vieux cœurs cassés, usés, rapiécés, hors d’haleine, rabotés, brûlés, recousus, déchirés, écorchés, froissés comme des feuilles d’automne diaphanes. »

On tombe sous le charme des personnages si vivants et aux caractères bien trempés.

Un tout petit caillou est un roman qui restitue sans concession le quotidien de ceux qui ne peuvent plus vivre de manière autonome en dehors d’une structure d’accueil.
Un hymne à la vie émouvant et percutant.

 

Résumé :
À 83 ans « et des poussières », comme il aime à le rappeler, le Petit Vieux est doté d’un sacré caractère et ne manque pas d’énergie. Alors, lorsqu’il est placé de force dans une maison de retraite qui lui interdit d’y emmener son compagnon de toujours, son chien Alibi, le Petit Vieux sent poindre une idée qui se transforme rapidement en obsession : prendre la tangente.
Mais quand on est enfermé à la MDR, la « Mort de Rire », comme il la surnomme — oui, le Petit Vieux ne manque pas d’humour —, un établissement sous haute surveillance où trouver des alliés paraît aussi improbable que retrouver la mémoire le serait à cette vieille bique d’Al, s’évader prend des airs d’opération commando redoutable.
Mais il suffit parfois d’une rencontre, d’un éclair aussi vif qu’une bulle de champagne, pour faire basculer une fin de vie que l’on croyait toute tracée. Et le cœur du Petit Vieux n’est pas près de se remettre de ce qu’il s’apprête à vivre…

Un commentaire sur “Un tout petit caillou

  1. Ginou
    6 août 2018

    Il a l’air bien optimiste ce livre qui se déroule dans une MDR…
    sa lecture doit être bien inspirante 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 6 août 2018 par dans En numérique, Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :