Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Delta Charlie Delta

« C’est ça le problème, tu veux une justice équitable et professionnelle ; moi je veux une justice humaine. Les flics de ta génération , vous vous réfugiez derrière le code de procédure pénale pour oublier que vous avez abdiqué de vos couilles. »

 

Pour les fans de Mako, voici les dernières aventures du major. On le retrouve en flic investi, un homme résolu, mais non sans coeur, car plus que jamais, le personnage est attachant.

Vous n’avez pas encore lu Laurent Guillaume et vous vous demandez qui est Mako ?

« Je suis un flic de terrain, j’ai besoin de la rue. Avec les années j’ai développé une addiction, sans sevrage possible. Ça peut paraître étrange, mais j’aime ce monde-là … Les voyous, les junkies, les putes du bois et même les michetons. La nuit, j’ai l’impression d’être quelqu’un. C’est mon univers. »

 

Avec un tel flic, sachez que le roman ne peut qu’être musclé.

L’auteur nous plonge dans une insécurité latente et alterne scènes de crimes bien documentées et dialogues perspicaces. Son personnage, d’une incroyable pugnacité, reste emprunt d’une grande humanité.

Pas de temps mort dans ce roman, l’écriture de Laurent Guillaume est parfaitement maîtrisée, je dirais même mature.

Charlie Delta Charlie est un polar efficace que l’on dévore de la première à la dernière ligne et que l’on referme avec une pointe de regret tant on y était bien.
 

Feuilleter les pages

 

Résumé :
Flic solitaire aux méthodes peu orthodoxes, Mako ne se sent bien que parmi la faune des voyous et des noctambules. Et lorsqu’il s’allie de manière officieuse à une capitaine de la PJ, l’enquête prend une tournure des plus inquiétantes.
Un cigare entre les dents, Mako entame sa ronde dans la banlieue parisienne. La nuit s’annonce agitée. Une jeune fille a été retrouvée, violée et laissée pour morte dans une caravane abandonnée et les cadors de la police judiciaire sont déjà sur le coup. De son côté, une autre scène de crime l’attend : Herman, un junky ultra-violent se serait suicidé d’une balle dans le cœur. Mako décide d’enterrer l’enquête pour protéger les proches de la victime. En particulier Angy, une adolescente paumée qu’il prend sous sa protection.
En quelques jours, la violence se déchaine dans le secteur. Plusieurs dealers sont retrouvés morts. Mako pressent que les deux affaires sont liées et cachent un dangereux secret.
Dévoré par cette intuition, il s’allie avec la capitaine Marie Auger, une femme brillante, ébranlée par un drame personnel, qui semble elle-aussi prendre l’enquête un peu trop à cœur. Les deux flics vont faire équipe et franchir la ligne rouge jusqu’à découvrir le pire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 15 mars 2015 par dans Lecture, Polar, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Ma boîte à lire au coeur de ma ville

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :