Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Aphorismes dans les herbes et autres propos de la nuit

« Les arbres jettent l’or de leurs feuilles
par les fenêtres de l’automne. »

 

Il est plus que difficile de faire une critique de cette éditions revue et enrichie par l’auteur, avec près de 100 aphorismes inédits.

Sylvain Tesson égraine des pensées, contemple son environnement, rend hommage à ses pairs.

Si certains mots sont plus inégaux que d’autres, la poésie reste présente et quelques perles font de ce recueil une denrée rare et sensible.

A ouvrir à n’importe quelle page, à n’importe quel moment, et laisser divaguer son imagination.

Peintures originales de Michel Pinosa.
 

Résumé :
L’aphorisme, comme le voyage, est une ascèse. On se débarrasse du superflu, on se rapproche du coeur de la nature et de la vérité. Il faut alors se laisser envahir par la beauté, le silence et aussi la désillusion. Écrire, c’est nommer les ombres des flammes qui accompagnent le vagabond. Voici l’évangile du voyageur : « Aime le lointain comme toi-même. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 4 décembre 2014 par dans Lecture, Poésie, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez les 1 566 autres abonnés

Articles les plus populaires

Méditation #3 - janvier-février-mars 2020
%d blogueurs aiment cette page :