Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Les déferlantes

La lecture de ce roman est entêtante, comme le ressac, les pages se tournent et reviennent inlassablement, les courts chapitres font effet de vaguelettes, le rythme lent figure cet étendu qui n’en fini pas.

« J’ai entendu le clapotement de la rame. J’ai pensé à ceux que la mer prenait et qu’elle ne rendait pas. Les corps qui restaient prisonniers de l’eau. »

On y parle de ceux qui sont partis en mer, de ceux qui n’en sont pas revenu. Mais on parle surtout de ceux qui attendent, qui espèrent, un retour. Amour, amitié, destins, secrets et solitudes. Les émotions sifflent comme le vent et éclaboussent comme l’écume. Avec en prime, un cadre qui force à la poésie des mots.

« J’ai trouvé les plants de fraises sauvages dont m’avait parlé Théo, des feuilles tellement vertes qu’elles en paraissaient bleues. Les fruits rouges étaient gorgés de sucre. Je les ai écrasés sous ma langue, le goût, éclaté. Mon palais, imprégné. « 

Une belle écriture, une histoire peu commune qui ne laisse pas indifférent.

Résumé :
Nous sommes ici sur les rivages du Cotentin, non loin des lieux où s’est retiré Prévert. La narratrice est une employée du Centre Ornithologique qui observe les oiseaux sur la lande. Un jour de grande tempête, elle rencontre Lambert. Un homme mystérieux qui, semble-t-il, revient de loin avec un drôle de secret vissé au corps et au coeur…

Grand Prix des lectrices de Elle 2009

2 commentaires sur “Les déferlantes

  1. Sarvane
    9 mai 2011

    Par curiosité j'ai failli le lire. Mais je ne sais pas, à chaque fois j'y renonce, le titre me bloque, ça ne m'attire pas. J'attends ton avis !

    J'aime

  2. Christine
    14 octobre 2011

    J'ai adoré ce livre, premier livre que je lisais de Claudie Gallay, depuis je suis devenue une de ses fidèles lectrices

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 30 avril 2011 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 307 autres abonnés

Articles les plus populaires

Le Petit Prince
Des étoiles pour cette nuit
Raisons Obscures
I invade you
Florence Medina sous le feu des questions
Le vieux qui déjeunait seul
Le piano oriental
La chambre de verre

Insta Livres

Je termine "La vengeance m'appartient", le dernier roman de Marie Ndiaye avec des sentiments ambivalents.
"Bed bug", de Katherine Pancol, se déroule entre Paris et New York. Rose est une jeune scientifique qui ne parvient pas à mener à bien une relation amoureuse, alors que son travail de recherche lui apporte pleine satisfaction. On apprend au fil des pages les traumatismes trans-générationels qui marquent à tout jamais...
Le roman graphique "Anaïs Nin, Sur la mer des mensonges" est signé Léonie Bischoff.
Je termine la lecture de "Blue Baby", de John-Erich Nielsen. Cet ancien officier saint-cyrien, cavalier formé à Saumur, est un auteur que je connais bien depuis une quinzaine d'années. Son dernier roman est très différent des précédents, et même si j'ai aimé l'histoire en général, je n'ai pas adhéré au récit des combats de la Seconde Guerre mondiale, entre cavaliers français et allemands.
Ma lecture du moment ? Le tome 3 des aventures de Justan Lockholmes. Il sortira chez @betapublisher dans quelques mois. C'est donc un privilège et une grande marque de confiance que m'accorde @c.d.darlington.
Féminin sauvage et Slowlife au fil des saisons - Hiver est une invitation à ralentir, au cœur de l'hiver, prendre soin de soi, vivre l'instant et profiter de la saison.
Le roman de Monica Sabolo est un récit envoûtant. L'histoire d'une jeune fille, vivant dans une réserve, que l'on devine amérindienne. Derrière ses allures d'éden, l'endroit se révèle être au quotidien un lieu de misère et le théâtre de violences. J'ai été captivée par l'ambiance étrange et dramatique de ce livre qui met la nature au cœur de l'intrigue.
Du bleu et du positif 💙 merci ma Gi 📘
%d blogueurs aiment cette page :