Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Comment sortir de l’Europe sans sortir de table

« — Tu ne lâches rien, toi. T’es pire qu’un vendeur d’encyclopédies en porte-à-porte. L’Europe te perturbe tellement que t’en ponds des analyses à tous les repas. Pertinentes, je dois l’avouer. Elles devraient être fournies à ceux qui nous dirigent.
— Ma tendresse, être patriote ce n’est pas un délit, non ?
— Bien sûr que non ! Mais à ce rythme-là, je sens que tu vas me susurrer tes articles sur l’Europe pendant les préliminaires. »


Gérard et Ginette sont au livre ce que Raymond et Huguette sont à la série télévisée (Scènes de ménages).
Avec humour et mordant, Jean-Luc Mordoh explique par le menu les vérités sur l’Europe. Succulent, corrosif et impertinent, le développement est édifiant sans être barbant. Une instruction civique aux petits oignons.

« — Je ne sais pas si c’est moi qui t’inspires ou si ce sont mes repas mais à chaque fois, c’est l’Europe qui s’invite à ma table comme un SDF affamé. »

Quelque soit votre opinion sur l’Europe, vous allez vous régaler des échanges politico-culinaires de ce couple exceptionnel.

Lire un extrait

Résumé :
Dans un langage décalé et fleuri, Ginette et Gérard démontrent, dans une implacable logique de bon sens, que les réalités contractuelles de la Constitution européenne appliquent cliniquement le contraire de ce que nos gouvernements nous promettent. Un essai apolitique où le peuple et sa vérité transgressive dénudent sans pudeur le langage formaté du politicien. Un livre qui nous rappelle qu’être Français, c’est être libre d’aimer le camembert.

2 commentaires sur “Comment sortir de l’Europe sans sortir de table

  1. K. Carville
    10 janvier 2014

    Ça change des romans, dis donc ! C'est intéressant ?

    J'aime

  2. Coccinelle
    12 janvier 2014

    Bonjour et bonne année 2014 !
    Je découvre ton blog grâce à Annie B. qui a partagé ta photo de la belle théière sur FB 😉
    Bon anniversaire pour les 10 ans du blog ! (le mien a eu 7 ans le 31/12).
    Bonne continuation et à bientôt peut-être sur nos blogs respectifs ou sur FB.

    J'aime

Répondre à Coccinelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 9 janvier 2014 par dans Essai, Lecture, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Ma boîte à lire au coeur de ma ville

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :