Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Déloger l’animal

« Je soupire, comment lui dire que je suis en train de bricoler une adolescence à ma mère disparue, que je passe mes journées à arranger une rencontre entre maman Rose et mon père le vrai de vrai. Je ne me sens plus très sûre de moi, je lui dis, je crois que Markus est mon vrai père. J’attends le tonnerre et la foudre mais rien ne vient, je ferme les yeux puis les rouvre, Monsieur Loyal s’ébroue sur le canapé, sa chemise est toute collante, il dit, je crois que Madame Isis te raconte trop d’histoires. »

C’est une histoire étrange, pas très rose, contrairement au prénom de cette jeune fille qui réinvente l’histoire de sa mère disparue.
On ne sait plus bien où commence le rêve où s’arrête le réel.
C’est un voyage entre vérités et mensonges.
Un roman tendre, un souvenir sucré de l’enfance, avec ses joies, ses espoirs et ses craintes.

Véronique Ovaldé réussit à magnifier le quotidien avec des phrases belles et sensuelles. Une écriture profonde et sensible. Un réel talent littéraire.

 

Résumé :
Rose a quinze ans mais en paraît sept. Tous les jours, sa mère l’emmène dans un institut où elle est prise en charge par des psychologues. Un jour, la mère de Rose disparaît. La jeune fille se pose alors des questions sur la sincérité de son père, réinvente l’histoire familiale et comble les espaces incertains creusés par les silences et le mensonge.

2 commentaires sur “Déloger l’animal

  1. Elisa
    18 novembre 2015

    Une auteur que je retrouve avec plaisir livre après livre. Cette chronique me donne très envie 😀

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Quatre coeurs imparfaits | Ma Bibliothèque Bleue

Répondre à Elisa Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 6 décembre 2009 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Padi et l'aventure de la vie
Amoureux
Le Club des Gourmands de Lecture 2020
S'organiser avec un Bullet Journal
Menu d'amour
Heure d'été
Mon cahier Hygge happy thérapie - vive le comfort lifestyle !
La pomme d'Ève

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :