Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Les illusions parallèles

« Quelques-uns, dans la salle, sans doute, la maudissaient et se juraient, au mépris de ce qu’il faudrait accomplir, médire, piétiner, qu’un jour, eux aussi seraient le centre de l’attention, l’objet d’applaudissements effrénés et de désirs remarquables. Pour certains, c’était du domaine du probable, pour d’autres du domaine des remords et pour d’autres encore c’était un monde à effleurer, à tout prix, à défaut de pouvoir le conquérir. À tout prix. Même celui de l’amitié, de la dignité. De vains mots après tout qui, en tout cas, ne valaient rien devant cette cavalcade jouissive d’applaudissements. »

Alors que le 70ème Festival de Cannes s’apprête à décerner sa palme d’or, je referme Les illusions parallèles de Sandra Mézière avec l’impression d’être la plus cinéphile des lectrices. Mais, ça serait vous mentir que de l’affirmer. Pourtant, au fil des pages de ce recueil, j’ai écumé les salles des festivals les plus renommés de France : Beaune, Deauville, Dinard, Cabourg, Cannes …

Grâce à une écriture sensible, l’auteur invite le lecteur à découvrir l’envers du décor. Que les histoires soient romantiques ou incisives, la passion de Sandra Mézière pour le 7ème art habite chaque phrase.
Mon coeur a fondu dans les coulisses du Festival du Film Romantique de Cabourg. J’ai craqué sur l’incroyable actrice Louise Edwards à Saint-Jean-de-Luz. Les larmes me sont montées aux yeux à la cérémonie des César. Franchement, j’étais … comme au cinéma !

Les illusions parallèles est un recueil de nouvelles qui va vous faire frissonner jusqu’au générique final, ce qui, pour moi, mérite une standing ovation !

 

Résumé :
Qui n’a jamais rêvé que sa vie ressemble à un film ?
Que ses illusions deviennent réalité ?
Là où la frontière entre le cinéma et la réalité est particulièrement étanche, où des destinées se frôlent telles des ombres parallèles, voici 16 histoires de rencontres dans les univers fascinants et singuliers des festivals de cinéma de Deauville, Cannes, Monaco, Dinard, Paris, Cabourg, La Baule, Annonay, Lyon, Saint-Jean-de-Luz, Beaune et même à la cérémonie des César.
Les personnages qui déambulent entre ces pages, passant allégrement d’un côté à l’autre du grand écran, sont criants de justesse à défaut d’humanité pour certains, et passent des rêves qu’il faut vivre envers et contre tout aux amours manquées, aux désillusions secrètes ou aux frustrations qui peuvent faire basculer le destin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25 mai 2017 par dans Lecture, Nouvelles, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :