Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

MUZE

J’aime bien acheter un magazine à feuilleter lorsque je voyage. C’est comme ça que j’ai découvert Muze à un kiosque de la gare de Lyon.
Un magazine pas comme les autres ! Il se rapproche plus du beau livre que des magazines traditionnels. En effet, il regorge de belles images qui sont mises en valeur sur un beau papier. Lecture, culture, art, 176 pages plus intéressantes les unes que les autres et, cerise sur le gâteau : pas une seule page de pub !

A noter que sous le rabat de la 4ème de couverture du magazine se trouve un code permettant de télécharger gratuitement une version pour votre iPad (et comme je n’en ai pas, je le communique au premier lecteur qui m’en fait la demande).

Pour ce numéro d’automne :
La photographie de couverture, « La Mariée shinto, autoportrait 2002″, est signée par la photographe japonaise Kimiko Yoshida. Vous pourrez découvrir cette artiste dans le numéro, à travers une interview et un portfolio.
Actu : Trois regards sur New-York, Mitch Epstein et Karine Laval (photographes), Siri Hustvedt (romancière). Les femmes de Luc Besson, dont Aung San Suu Kyi, héroïne de son prochain film. Trois romancières de la rentrée littéraire.
Monde : Japon, un visa pour l’ailleurs. Regards sur une culture, sur les mystérieuses femmes Japonaises, sur une esthétique cinématographique, sur la philosophie zen. Une poésie de Tawacha et une nouvelle de Yoshimoto à découvrir.
Société : Femmes au travail. L’état des lieux avec une sociologue, mais aussi à travers le théâtre, le cinéma, la littérature, avec notamment l’interview de Lydie Salvayre, la photographie et la philosophie. Un destin à redécouvrir : Flora Tristan.
Ego : Amitié, une relation plurielle décryptée d’un point de vue psychologique et artistique. Rencontres avec des romancières liées ou malmenée, et avec le duo musical Lilly Wood and The Prick. A lire, Renée Vivien, une nouvelle et l’interview de Kate Atkinson.
Atelier d’écriture : Préparer une rentrée littéraire avec Francis Esménard, parton d’Albin Michel. Des exercices littéraires et les textes des lectrices dont la nouvelle inédite d’Emma Rouan.

Ce numéro est disponible en librairie, en kiosque, à l’abonnement et sur iPad.
Revue culturelle trimestrielle, 176 pages, 5 dossiers inédits, 12,90€ / 5,90 pour l’iPad.

2 commentaires sur “MUZE

  1. K.Rine
    30 septembre 2011

    Moi moi moi !!!! :))

    J’aime

  2. jacky caudron
    30 septembre 2011

    J'adore Muze…J'ai TOUS les numéros…sur mon I-Pad…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 30 septembre 2011 par dans Lecture, Magazine.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 308 autres abonnés

Articles les plus populaires

Sur la route de ses rêves
Ma boîte à lire au coeur de ma ville
Camino de Santiago - Carte zoom Michelin n°160

Insta Livres

La forêt était impénétrable. Aux chênes, pins, châtaigniers et épicéas gigantesques succédèrent des hêtres démesurés et des haies d’aubépine qui voisinaient avec une grande variété de fougères et de mousses. Des lianes et du lierre grimpant enlaçaient les arbres, atteignant parfois les plus hautes branches. La palette de verts s’exprimait dans toutes les tonalités, du plus tendre au plus profond, enluminés de bleu, de marron, de jaune et de rouge.
Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l'évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d'eux, dans sa chère forêt de Brocéliande.
D’innombrables légendes celtes et bretonnes se déroulent ici, des histoires extraordinaires, millénaires pour certaines. Mais c’est au roi Arthur et aux chevaliers de la Table tonde que Brocéliande doit sa plus grande gloire.
En voilà une boîte bien pleine !
C’est une des fontaines les plus célèbres au monde. C’était déjà un lieu de culte dans la nuit des temps, et, pour les anciens Celtes, le royaume des fées et le domaine ancestral des druides. Depuis toujours, l’eau de la source est réputée produire des effets magiques.
L’interprétation usuelle a fait de broce, « forêt », et de liande, « lande », l’origine du nom, mais en réalité celui-ci vient de la langue celtique et signifie « la forteresse de l’Autre Monde ».
Mais qui se cache derrière les colonnes de cet ancien tribunal ? Lagirafe... C'est la Médiathèque de Montfort sur Meu. Original, non ?
Depuis son tout premier roman, je suis fan de Charlotte Leman. Ses livres sont des feel-good émouvants et pétillants.
%d blogueurs aiment cette page :