Serre-moi fort

claire-favan-serre-moi-fort« Je ne suis pas comme tous ces tueurs en série inadaptés qui vivent en marge de la société avec une étiquette de frappadingue plantée au milieu du front. Je ne vis pas isolé, j’ai des amis, des voisins qui pensent que je suis un gars serviable. Je suis quelqu’un de tout à fait fréquentable. J’ai des rapports normaux avec les femmes. J’aime leur donner du plaisir. Je n’ai aucune pulsion violente ou de problème d’impuissance quand je suis avec une fille. Oui, tout va bien… »

C’est le premier roman de Claire Favan que je découvre. Pourtant, j’avais déjà croisé l’auteur dans de multiples salons, mais bon … Quoi qu’il en soit, avec Serre-moi fort j’ai compris que Lire la suite

Mais qui sont les nouvelles voix du polar ?

Je vous en avais parlé fin d’année dernière …
Un jury de libraires avait sélectionné six polars publiés en 2016 par Pocket dans le cadre du Prix des Nouvelles Voix du Polar.
Trois français (Fais-le pour maman de François-Xavier Dillard, Point Zéro d’Antoine Tracqui, Prendre Lily de Marie Neuser) et trois étrangers (Vongozero de Yana Vagner, Je voyage seule de Samuel Bjork, Leçons d’un tueur de Saul Black).

C’était ensuite au jury des lecteurs de procéder Lire la suite

Tu tueras le Père

9782266258272« Je ne ressens que de la colère. Et… je ne sais pas… du désarroi, c’est peut-être le mot juste. Il me semble impossible qu’un monstre de ce genre puisse exister réellement. On dirait l’ogre des contes, Freddy Krueger dans Les Griffes de la nuit. Mais je ne continuerai pas à faire semblant de ne pas y croire. Il existe, il est là, dehors, quelque part, et nous devons trouver le moyen de convaincre les autres qu’il existe. »

Je n’aime pas spécialement lire les « pavés », j’ai toujours peur d’avoir 200 pages de trop, juste parce que l’auteur a délayé la sauce … Avec ces 744 pages, ce polar italien n’avait au départ que son titre pour me plaire. Et pourtant …

Mais commençons par le début. Un enfant a disparu.

Lire la suite

Glacé

glace-bernard-minier« Le ciel s’était assombri quand ils ressortirent. Des nuées sombres et mouvantes passaient au-dessus du cratère gelé qui prenait tout à coup un aspect sinistre. Un vent violent charriait des flocons. Le décor, brusquement, collait avec le crime : quelque chose de chaotique, de noir, de glaçant – où les hennissements désespérés d’un cheval pouvaient facilement se perdre dans les hurlements du vent. »

Je n’avais jamais lu de roman de Bernard Minier, aussi, lorsque j’ai entendu la publicité autour de la série télévisée en 4 épisodes, je me suis installée devant mon poste pour découvrir cette histoire.
J’ai eu du mal à accrocher (oui, j’avoue, j’ai du mal avec la télé …), mais j’ai tout de même perçu les indices d’une intrigue plus qu’interessante. Aussi, j’ai abandonné pour Lire la suite

Je voyage seule

je-voyage-seule« Autant se l’avouer : ce boulot de flic était sans doute un travail pour les autres mais pas pour elle. Les crimes minaient beaucoup trop Mia Krüger. Ils s’attaquaient à sa chair, s’agrippaient à son âme. Comme s’il s’agissait de sa réalité, comme si elle avait été la victime. La victime de six ans, déguisée poupée, tuée à l’aide d’une anesthésie létale, pendue à un arbre avec une corde à sauter. »

Cela faisait longtemps que je n’avais pas été scotchée par un polar. Avec Je voyage seule de Samuel Bjørk, ce sont plus de 550 pages au suspens insoutenable qui tiennent en haleine le lecteur.
L’auteur multiplie Lire la suite

Tant de livres, si peu de temps

_57« Je suis en retard, en retard, en retard … »

Comme le lapin d’Alice au Pays des Merveilles, je dois bien vous avouer que je suis en retard.
J’ai lu beaucoup ces derniers temps (comme d’habitude me direz-vous), mais je n’ai toujours pas eu le temps de vous faire un retour de lecture.
Alors, pour vous faire patienter, je vous annonce ici les titres qui viendront bientôt rejoindre les étagères de Ma Bibliothèque Bleue : Lire la suite

Un parfum d’amertume

un-parfum-damertume-paul-colize« Vingt-neuf semaines que je trimballe ce boulet, que j’endure cette contraction dans mes viscères, que des visions cauchemardesques me pourrissent la vie.
Plus je parle, plus la stupeur se peint sur le visage de Janice Roland. Je complète en lui narrant ma volte-face dans les locaux de la DGSE.
Enfin, je pose les valets sur la table, en mettant l’accent sur celui de carreau et ABL 63/55 496 inscrit au dos.
À aucun moment, elle ne m’a interrompu. »

Rien qu’à voir la couverture de ce roman, vous pouvez deviner que son histoire n’est pas si simple et que l’auteur de Back up et Un long moment de silence va brouiller Lire la suite