Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Là où chantent les écrevisses

« Fatiguée de se laisser attrister par les espoirs déçus, elle fourra dans son sac à dos des provisions pour trois jours : biscuits, lard et sardines, et alla à la vieille hutte de rondins branlante ; « la cahute de lecture », comme elle aimait à l’appeler. Là-bas, loin de tout, elle était libre de vagabonder, de s’occuper de ses collections à sa guise, de lire les mots des livres et ceux de la nature. Ne plus attendre que quelqu’un arrive la libérait. Elle se sentait forte. »

 

Derrière un titre énigmatique, se cache un vrai beau roman. Je dirai même qu’il est splendide, magnifique !
Delia Owens nous offre une histoire terrible, mais pose doucement les mots, les laisse filer comme de la poésie.

Là où chantent les écrevisses parle de nature, de féminité, d’amour, de solitude …
Le personnage de Kya illumine l’histoire de la première à la dernière page. Elle envoûte le lecteur, le fait vibrer. A travers son combat pour survivre au cœur d’une nature luxuriante et hostile, on découvre comment elle fait corps avec ce petit bout du monde qu’elle apprivoise et qui la nourrit.

J’ai dévoré ce roman qui m’a touché, ému, interpellé.

Au delà de l’enquête policière au suspense prenant et au dénouement remarquable, c’est un hymne à la nature nous ramène à des valeurs essentielles.

Résumé :
Pendant des années, les rumeurs les plus folles ont couru sur « la Fille des marais » de Barkley Cove, une petite ville de Caroline du Nord. Pourtant, Kya n’est pas cette fille sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent.
A l’âge de dix ans, abandonnée par sa famille, elle doit apprendre à survivre seule dans le marais, devenu pour elle un refuge naturel et une protection. Sa rencontre avec Tate, un jeune homme doux et cultivé qui lui apprend à lire et à écrire, lui fait découvrir la science et la poésie, transforme la jeune fille à jamais. Mais Tate, appelé par ses études, l’abandonne à son tour.
La solitude devient si pesante que Kya ne se méfie pas assez de celui qui va bientôt croiser son chemin et lui promettre une autre vie.
Lorsque l’irréparable se produit, elle ne peut plus compter que sur elle-même…

2 commentaires sur “Là où chantent les écrevisses

  1. francksbooks
    2 septembre 2020

    en tout point d’accord avec toi .

    J'aime

  2. Pingback: La chronique de Sabine #30 | Ma Bibliothèque Bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 1 septembre 2020 par dans Lecture, Polar, Suspens / Thriller, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Nouvelle donne
The suicide book
Fleur de Mamoot - Foutu pour foutu ...
L'amour fou à Paris 1920-1940
Padi et l'aventure de la vie
Mémé goes to Hollywood
Le piano oriental
Rio l'essentiel

Insta Livres

Prendre le temps de lire, se reposer, écouter les oiseaux, le bruissement du vent, sentir le soleil sur la peau. S'émerveiller de la vie. Tout simplement.
Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
%d blogueurs aiment cette page :