Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Les Mijaurées

« Je commence alors à entrevoir ce que les années me confirmeront : l’immense courage de Lucile se nourrit de son immense fragilité, il y prend sa force, sa violence même, il est le fruit de cette guerre intestine que Lucile mène en permanence avec elle-même pour ne pas se mettre à pleurer partout, devant n’importe qui et en toutes circonstances. »

 

Les Mijaurées c’est bien plus qu’un roman d’amitié.
Grâce à une écriture sensible, musicale, Elsa Flageul captive le lecteur.
Les portraits, tout comme les paysages sont superbement décrits. Les sentiments sont analysés, disséqués.
Des bancs du collège à la maternité, on suit avec émotion les étapes de la vie de Clara et Lucile, avec comme toile de fond, les faits marquants de notre histoire : le sida, les attentats parisiens, le 11 septembre, mais aussi la mort de Freddie Mercury ou de Michel Berger.
C’est toute la violence d’une génération qui est mise à nu et qui espère toute de même à un avenir meilleur.

Un très beau texte !

 

Résumé :
Lucile et Clara sont les meilleures amies du monde. Depuis le « coup de foudre à retardement » qui les a rapprochées, elles sont inséparables. Les années 1990 s’achèvent, un nouveau siècle voit le jour, et elles cherchent à se faire une place dans ce monde qui ne les attend pas et que les crises fragilisent. Leur force, c’est leur duo, aussi incandescent que le sont les amitiés adolescentes. Mais cette belle amitié peut-elle résister à l’épreuve de la vie ? Parce que la vie, c’est la maladie, la passion, la mort, la jalousie et la colère… et parfois aussi des rêves qui se réalisent.

Un commentaire sur “Les Mijaurées

  1. Pingback: La chronique de Sabine #25 | Ma Bibliothèque Bleue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 14 mai 2020 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Ma boîte à lire au coeur de ma ville

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :