Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

La chambre des merveilles

« Je devais donner envie à mon fils de revenir, le faire saliver en lui montrant tout ce qu’il était en train de manquer en restant dans le coma. Lui donner envie de vivre. C’était un projet fou, mais réalisable. J’en étais convaincue.
Les protagonistes ? Un sportif : Louis. Un coach : moi.
La discipline olympique ? La sortie du coma en nage libre.
La carotte, la motivation ? Tout ce qui était noté dans le carnet. Ce carnet était un concentré de futur. Ce carnet était rempli d’expériences que Louis rêvait de vivre, de promesses de joie, de “ trucs cool ” comme il l’écrivait lui-même. Ce carnet était une promesse de vie. »

 

J’avoue que le sujet du roman de Julien Sandrel n’était pas fait pour m’attirer à première vue. Mais La Chambre des Merveilles m’a séduite par sa couverture et j’ai été captivée dès les premières lignes.
Une histoire bouleversante, mais avec une bonne dose d’humour. Un défi à la médecine que seule une mère pouvait relevé. Les situations puisent leur humour dans le décalage des générations et le récit à deux voix donne un rythme unique au message de l’auteur, aboutit et subtile.

Ce premier roman de Julien Sandrel, est un coup de foudre partagé dans le monde de l’édition dans déjà plus de 20 pays.

Au coeur de l’hiver, je vous suggère d’entrer sans tarder dans cette chambre des merveilles, pour déguster une petite pépite de bonheur.

Résumé :
Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 28 janvier 2019 par dans Lecture, Roman, et est taguée , .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Nouvelle donne
The suicide book
Fleur de Mamoot - Foutu pour foutu ...
L'amour fou à Paris 1920-1940
Padi et l'aventure de la vie
Mémé goes to Hollywood
Le piano oriental
Rio l'essentiel

Insta Livres

Prendre le temps de lire, se reposer, écouter les oiseaux, le bruissement du vent, sentir le soleil sur la peau. S'émerveiller de la vie. Tout simplement.
Quelle joie de retrouver les lecteurs au sein de la médiathèque de Salon de Provence !
Décollage immédiat pour Cuba, c'est aujourd'hui à 18h sur @radiotouloubre
Merci ma Gi💖 pour ce bonheur en branche qui embaume si délicatement ma bibliothèque 🌼
Les rendez-vous littéraires sont le mardi soir sur @radiotouloubre. Dès 18h, retrouvez moi en compagnie d'Anthony Lucchini pour une évasion au pays des kangourous.
Après "Hier encore c'était l'été" et "Danser encore", c'est avec joie que j'ai retrouvé cette bande d'amis qui sont devenus un peu les miens depuis le premier roman de Julie De Lestrange. Avec "Nous, les magnifiques", nos potes n'ont plus 15 ans, ni même 30, ils sont des quadra installés dans un quotidien sans surprises, une petite vie peinard. Jusqu'au jour où un événement va venir bousculer l'équilibre que l'on croyait solide. Quand il faut se remettre en question, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire.
"Justan Lockholmes et la Morsure du Serpent" est le 2ème tome de la série signée C.D. Darlington.
J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
%d blogueurs aiment cette page :