Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Brille, tant que tu vis !

« C’est fini tous ces salamalecs. Je ne veux plus me forcer. Faire semblant d’y croire.
Que la vie est belle. Qu’elle vaut la peine d’être vécue. Qu’on va réussir à sauver l’humanité. Que le fond de l’homme est bon. Qu’on va tous s’en sortir. Que les chats, c’est trop mignon !
Un chat, c’est juste égoïste et profiteur. Pour ne pas dire hypocrite. »

 

Ne vous y trompez pas, le tout dernier roman d’Alice Quinn ne va pas vous faire pleurer. Bien au contraire.
Certes, Anita commence par nous dire qu’elle a un cancer et qu’elle va se donner la mort. Donc, de prime abord, ça commence mal comme divertissement 😦
Mais l’auteur, avec son habituelle plume douce et pleine d’humour, ne va pas abandonner son personnage.
Avec force et passion, les éléments vont se déchaîner pour offrir au lecteur un roman emprunt d’optimisme et résolument positif.

Alice Quinn signe avec Brille tant que tu vis ! une ode à la vie et à l’amour.
Une romance garantie bio en sentiments, émotions, avec des vrais morceaux d’haïkus à l’intérieur : un vrai régal !

 

Résumé :
« Je m’appelle Anita Moreau, je vis dans un deux pièces à Jersey, au-dessus d’un restaurant Thaï et aujourd’hui c’est mon anniversaire. Je ne vous dirai pas mon âge car il est convenu que les dames le taisent. Tout est prêt. Le champagne, la robe. Je me suis offert un parfum. Fortement vanillé. Un voyage dans les îles tropicales. Je vais en asperger mon lit. C’est un rendez-vous exceptionnel. Je ne veux pas le manquer. Je veux réussir mon grand saut. Je suis perfectionniste. Même quand il s’agit de me donner la mort. »
Anita est en colère. Elle se sent flouée. Elle en veut au monde entier. Quand elle apprend sa maladie, elle refuse d’être le jouet du destin et décide de devancer la mort pour en garder le contrôle. Pourtant, la voilà obligée de différer son suicide, car son fils a besoin d’elle à Noirmoutier. Mais la vie, pleine de surprises, joue des tours aux plus méthodiques et se ligue contre elle pour la faire changer d’avis. Et quand un beau ténébreux croise sa route, elle découvre qu’elle n’y est pas insensible. Pourtant elle refuse ce bouleversement de toutes ses forces. Anita va devoir se battre pour atteindre son objectif : mourir tranquille. Et si l’existence n’était pas toujours aussi bien calibrée qu’un haïku, pour le pire, mais parfois aussi pour le meilleur ?

Publicités

2 commentaires sur “Brille, tant que tu vis !

  1. Marielle
    31 décembre 2018

    ca a l’air sympa

    J'aime

  2. Amanda Castello
    19 janvier 2019

    Voici le commentaire que j’ai publié sur ce livre magnifique :

     » La vie est belle !

    Le commentaire d’une lectrice ou d’un lecteur reflète inévitablement les aspects qui ont le plus marqué sa sensibilité, ses centres d’intérêt, son expérience. Travaillant dans l’accompagnement de personnes en souffrance et en particulier dans le domaine du cancer, je ne pouvais qu’être fortement interpellée par le vécu de l’héroïne.

    Le dernier livre d’Alice Quinn, « Brille, tant que tu vis ! », affronte en effet un sujet fort : le cancer du sein. L’auteure, avec délicatesse et respect, a choisi cette forme de cancer dont est affligée la protagoniste, Anita Moreau. Tout ce que nous apprenons au cours des pages nous porte à observer avec tendresse, tristesse et compréhension le drame de cette femme qui a pris une décision drastique : se supprimer.

    Lié à la symbolique de la féminité, de la maternité (féminité refusée, critiquée, trahie…), à la perte de la mère, à un abandon vécu dans l’enfance qui suscite colère et ressentiment et qui se reproduit à nouveau avec l’abandon de l’homme (refus de l’être-femme et de l’être-mère), la maladie de l’héroïne est analysée avec lucidité par cette dernière.

    L’autocritique qu’Anita verbalise en se culpabilisant pour son sentiment de colère envers sa mère, la pousse à une tentative inconsciente d’autopunition. Le cancer la renforce dans sa sensation de non valeur personnelle et de détachement progressif et irrémédiable de l’existence. On l’observe et on a mal pour elle. Fragile et forte, remplie de doutes et de certitudes qui s’entremêlent, elle est un cocktail de tendresse refoulée et d’agressivité. Agressivité contre elle-même, contre son chat et autres personnes de son environnement. C’est une manifestation typique de la solitude du malade qui refuse de s’en sortir car, pense-t-il, « il ne le mérite pas » tout en faisant le possible pour s’isoler et se faire marginaliser par les autres. Pourquoi ? Parce que plus il est odieux envers son entourage, plus il renforce l’isolement autour de lui, plus il justifie sa croyance malsaine « personne ne m’aime, personne ne s’intéresse à moi, car je ne vaux rien ». Les soignants et les accompagnants connaissent malheureusement de nombreuses situations de ce type.

    Les personnages du roman sont des gens « normaux » dans lesquels les lecteurs et lectrices pourront peut-être se reconnaître ou sans doute identifier des personnes ou des situations rencontrées.

    Le sujet est douloureux mais, l’auteure, Alice Quinn, le remplit d’attentions, d’humour, de poésie. On sourit, on rit, on espère et enfin… le Destin, qui a plus d’un tour dans son sac, va bouleverser les plans d’Anita, si méticuleusement préparés, et introduire une paille dans le mécanisme bien huilé de la protagoniste. L’amour, puisque c’est de cette force puissante contre laquelle le suicidaire le plus décidé ne peut s’opposer, va permettre une autre fin…

    « Brille, tant que tu vis ! » est une très belle histoire, écrite par une Dame de cœur, avec le dénouement que toute lectrice et lecteur attends et qui redonne espoir, car rien n’est jamais perdu et comme disait le film de Roberto Benigni : « La vie est belle ! »
    Amanda Castello

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 31 décembre 2018 par dans Lecture, Roman, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 1 993 autres abonnés

Publicités

Articles les plus populaires

Mon Instabook

%d blogueurs aiment cette page :