Ma Bibliothèque Bleue

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. Jules Renard

Haut les filles !

J’ai fait cette trouvaille lors du Salon des Éditeurs de La Tour D’Aigues (84). C’est d’abord une couverture qui accroche, ensuite une 4ème qui attire et enfin un contact sympathique avec l’auteur.
Ce recueil de 17 nouvelles nous ouvre une parcelle de vie de femme, forte ou fragile, féminine, libérée, amoureuse ou haineuse, mère ou amante, blessée ou malade. Des fragments décrits avec des mots justes, percutants, touchants. Le rythme dessine habillement le tableau de chacune d’elle. Une esquisse qui semble facile de toucher du bout des doigts pour en capter toute la finesse.
Un auteur à découvrir !

Résumé :

Elles sont jeunes, seules, tristes ou pas. Elles sont belles ou pas. Elles réfléchissent à leur vie, elles pleurent, elles rient… Elles représentent un patchwork des femmes d’aujourd’hui. Des filles d’aujourd’hui. Elles vous emmènent dans leur univers, dans leur intérieur, vers leur âme. Elles vous font toucher du doigt, des yeux, leur petit monde. Elles s’appellent Anouk, Jade, Cassiopée, Marguerite ou Claire. Elles vous attendent pour vous entraîner dans leur vie. Un instant. Un bref instant.

Calouan dédie son recueil « A tous les hommes : absents aveugles frileux lointains oléagineux revenants gourmands amants…»

Un commentaire sur “Haut les filles !

  1. jacqueline
    20 avril 2010

    Je confirme que ce livre est excellent. Une belle écriture moderne et originale, des portraits qui émeuvent, choquent parfois, font sourire et ne laissent jamais indifférent et dans lesquels beaucoup de femmes reconnaitront des petits bouts d'elles ou de leurs amies !… . C'est un excellent recueil. Je signale que l'auteur avait également écrit un roman « ce héros n'est pas mon père » aux éditions 400 coups à découvrir également si vous avez aimé celui-ci !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 13 avril 2010 par dans Lecture, Nouvelles, et est taguée .

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 2 309 autres abonnés

Articles les plus populaires

Ma boîte à lire au coeur de ma ville

Insta Livres

J’ai du mal avec les romans qui se passent dans un futur lointain, dans des mondes imaginaires... Mais c’est pareil pour les romans historiques. Et puis, parfois, une pépite se glisse dans mes lectures. C’est le cas avec Funeste Albion. C’est une dystopie qui projette le lecteur en 2100, mais tout en douceur, sans rien brusquer et sans oublier ce que fût le pays ces dernières dizaines, voire centaines dernières années. La Grande République Britannique a pris le pouvoir après la déchéance de la royauté en Outre Manche. 
Oui j'apprécie ce privilège de lire avant sa date de sortie le tout dernier roman de Julie De Lestrange. Je sais que je vais retrouver avec plaisir Alexandre, Marco, Claude, Anouk et Sophie, mes amis de "Hier encore, c'était l'été" et "Danser encore".
Tout comme le premier roman de Mélissa Da Costa, j'ai lu "Les lendemains" avec émotions, mais aussi force et tendresse.
"Mamie Luger", de Benoit Philippon, va rester dans ma mémoire très longtemps !
Encore gâtée par mon ami @johannmerlaudkiefer 💙
J'ai lu aujourd'hui "La grossophobie existe... Je l'ai rencontrée sans le savoir."
Avec la BD Romance, Elric fait tomber les masques. Non, tout n’est pas beau, élégant, chaste et raffiné dans une relation amoureuse. Avec une touche de vintage et les couleurs des comics, on découvre des intentions bien contemporaines, traitées avec un humour parfois noir et sans aucun doute décapant ! C’est direct et sans tabou.
Après Bleu Calypso et Rouge Tango, je viens de dévorer Vert Samba, de Charles Aubert.
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :